Partagez | 
 

 Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tsunayoshi Sawada avatar
Boss
Adorable tyran
Messages : 3309
Date d'inscription : 28/02/2013
Talent : Une très bonne intuition

Passeport mafieux
Vitalité:
276/276  (276/276)
Armes: X-Gloves
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Dim 8 Sep - 21:14

Dans un village voisin à Namimori, au Japon.


Pendant un moment il y avait cru. Sérieusement cru. Il s’était imaginé parcourant les couloirs du lycée main dans la main avec Kyoko-chan. Déjeuner avec elle. Rentrer ensemble et la reconduire jusqu’à chez elle. Il s’était même imaginé en train de l’embrasser. C’est dire !

Toutes ces choses, ça faisait des années qu’il en rêvait mais ça ne restait que des rêves. Jamais il ne s’était dit une seule fois que ça pourrait arriver… Jamais ! Jusqu’à avant-hier, midi. Quand il en avait discuté avec Gokudera-kun.

Celui-ci lui avait dit qu’il avait toutes ses chances. Et il y avait cru. Pour une fois, juste une fois, il y avait réellement cru. Grossière erreur de sa part.

Il avait été ravi de voir que son plan pour être seul à seule avec Kyoko-chan fonctionnait bien. Elle avait accepté si gentiment de venir l’aider à réviser. Ensuite, il avait supplié Reborn d’emmener sa mère et les autres en promenade le temps que Kyoko soit chez lui.

Voyant que son élève faisait un réel pas de géant sur sa timidité maladive en décidant qu’il était temps d’avouer ses sentiments à sa dulcinée, l’Arcobaleno avait accepté sa demande. Pour une fois qu’il agissait comme un vrai homme. Tout était parfait. Peut-être un peu trop parfait ?

Alors que Kyoko lui expliquait comment trouver x sur son exercice de math, Tsuna s’était répété plusieurs fois dans sa tête ce qu’il devait lui dire. Quand il sentit qu’il était prêt, il prit une inspiration et, très sérieusement, lui révéla ce qu’il ressentait pour elle.

Kyoko n’eut même pas besoin d’ouvrir la bouche pour qu’il comprenne que c’était raté.

Elle eut un mouvement de surprise, ses jolies joues rosirent légèrement et elle détourna le regard d’un air triste. Sincèrement triste. D’une voix un peu tremblante, elle lui avait dit qu’elle était désolée, réellement désolée, mais qu’elle ne le considérait que comme un ami. Un très bon ami, certes. Mais un simple ami quand même… Autant dire, une vraie douche froide pour le futur Decimo.

Le reste, il ne s’en souvenait plus. Ou du moins par bride. Il se rappelait avoir pris sur lui comme il ne l’avait jamais fait auparavant et avait souri, haussé les épaules et avait dit :

« Bah. J’aurais essayé au moins. »

Evidemment, Kyoko ne fut pas dupe. Il ne savait plus si elle était partie après ça ou plus tard. Il ne la voyait même pas quitter sa chambre. La seule chose qu’il se rappelait c’est que, dès qu’il s’était retrouvé seul, il avait éclaté en sanglot et s’était couché dans son lit pour ne pas en ressortir avant ce matin sous la menace de Reborn.

Personne ne lui posa de questions. Ou alors, il ne les avait pas entendus tout simplement.

Le lendemain, sa maman avait téléphoné à l’école pour dire qu’il serait absent. Reborn lui avait dit que c’était juste un jour, histoire de se remettre de ses émotions, mais que dès le lendemain il reprendrait les cours normalement.

Il était donc là, aussi réactif qu’un zombie, en train de parcourir le chemin qui le menait au lycée de la démarche d’un condamné à mort qui allait tout droit à la potence. Oui, potence était le mot le plus approprié pour parler de cette école où il était sûr d’y retrouver ses amis qui lui poseraient sans doute des questions.

Gokudera-kun n’était pas con, il avait dû deviner qu’il s’était pris un râteau en ne le voyant pas aller en cours le lendemain. Il espérait qu’il allait faire tout son possible pour empêcher Yamamoto de poser des questions. Il n’avait pas envie d’en parler. De toute façon, il avait l’impression que s’il ouvrait la bouche, là tout de suite, il allait vomir. Sauf qu’il n’avait rien à vomir puisqu’il n’avait rien mangé depuis les révisions avec Kyoko.

Mais si ce n’était que ça qui l’inquiétait ! A l’école, il n’y avait pas que ses amis. Les autres élèves étaient là aussi. Et il ne savait pas s’il supporterait beaucoup qu’on le surnomme « Tsunaze » aujourd’hui. D’habitude, il souriait et prenait sur lui mais là, c’était trop. Sans compter qu’il y aurait aussi Kyoko. Kyoko et son regard pleins de pitiés et de peines pour lui. Il n’allait pas pouvoir supporter ça.

En une journée, ses sentiments pour elle avait joué au yoyo. D’un coup, il la détestait de lui avoir dit non. Ensuite il se détestait de la détester. Après quoi, il avait revu sa tristesse quand elle l’avait rejeté et il l’avait aimé à nouveau car c’était une fille si gentille. Pour ensuite, de nouveau la détester. Tout ça ponctué par des pointes au cœur qui l’oppressait et l’empêchait de respirer.

Il avait toujours cru que l’expression « avoir le cœur brisé » n’était qu’une métaphore parce que le cœur représentait l’amour et bien que nenni, la douleur, elle était bien présente, elle. Comme-ci son petit organe vital était percé de trous de toute part. C’était très douloureux et il se demandait si ça pourrait se soigner un jour. 

Aujourd’hui, il était chanceux, personne n’était venu le chercher pour aller à l’école. Sans doute que ses amis pensaient qu’il était encore malade. C’était un détour pour eux après tout. De plus, il n’avait rencontré personne sur le chemin de l’école. Et devant celle-ci, il s’arrêta. Il vit des élèves discuter joyeusement en entrant dans la cours ou dans les bâtiments. Et il continua son chemin.

Aujourd’hui, il ferait l’école buissonnière. Lâche ? Oui, il l’était. Il l’avait toujours été de toute façon. Et ce n’était pas une pilule ou une balle de Dernière Volonté qui changerait ça. Au fond, ce n’était juste qu’un simple produit dopant. Il était beau le futur boss Vongola ! Avoir besoin de ses petites vitamines pour battre les méchants. De la poudre aux yeux ! Voilà ce que c’était… et il avait trop donné dans cette mascarade idiote. Il n’était pas Parrain et ne le serait jamais.

Sans le remarquer, il avait fini dans le centre-ville de Namimori. Au départ, personne ne fit attention à lui mais plus l’heure avançait plus les adultes se demandaient ce que faisait un élève ici au lieu d’être en classe comme tous les autres. Merci l’uniforme.

Avant qu’on ne le dénonce, il quitta le centre-ville et se dirigea vers les alentours de Namimori. Là-bas, on ne le dérangerait pas. Sans trop penser à rien, il continua son chemin arrivant à un carrefour. S’il continuait tout droit, il arrivait à Kokuyo Land. Il décida donc de tourner à droit vers une direction totalement inconnue où il était sûr de ne rencontrer personne de sa connaissance. Ses pas le menèrent vers le village voisin.

Il ne savait pas combien de temps il avait marché et, au fond, il s’en fichait totalement.

Cette ville avait un petit parc très agréable. Tsuna si dirigea et s’assit sur un banc. Comme il faisait chaud, il retira sa veste beige qu’il posa à côté de lui avec son sac. Il desserra un peu sa cravate et ouvrit le premier bouton de sa chemise. Il était bien tenter de rester ici toute la journée. Appuyé contre le dossier du banc, il regarda un petit enfant apprendre à rouler en vélo avec son papa et sa maman et se dit qu’il devait avoir le double de son âge quand il avait réussi, enfin, à faire pareil. Il avait toujours été très lent comparé aux autres enfants et il avait toujours su qu’il était différent.

Un naze. C’est tout ce qu’il était.

Il avait beau tout faire pour être comme les autres, ses efforts s’étaient toujours conclus par un échec cuisant. Ca faisait maintenant presqu’un an que Reborn lui donnait des cours particuliers tous les soirs et sa moyenne n’avait pas augmenté pour autant. Même physiquement il avait du retard sur les autres. Comme-ci Dieu s’était acharné sur lui jusqu’au bout.

Il l’avait vu, dans les vestiaires pour aller en cours de gym, le corps de ses camarades de classes qui changeait et devenait de plus en plus adulte avec le temps qui passait. Lui, il n’avait pas changé depuis les primaires. Et ce n’était pas un entrainement rigoureux avec Reborn qui lui ferait atteindre la puberté.

Il sentit une larme couler sur sa joue. Tiens ? Il en avait encore ? D’un geste de la main, il l’essuya. Autour de lui, les gens passaient sans faire attention à lui. Certains lui lançaient des coups d’œil interrogateur mais ne s’arrêtait pas. C’était mieux comme ça. Il n’avait pas envie d’expliquer pourquoi il était là.

Il ferma les yeux en pensant qu’il avait vraiment touché le fond et qu’il creusait encore bêtement. Il lui faudrait sans doute un miracle pour remonter à la surface.



Merci à Maria pour le kit ♥
Fanclub:
 

Vongola Decimo


Dernière édition par Tsunayoshi Sawada le Dim 16 Avr - 22:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalia-world.com/
Maria Jenkins avatar
Mafieux
Tueur solitaire
Messages : 269
Date d'inscription : 08/09/2013
Talent : DISTRIBUTION DE BONNE HUMEUR ♥♥♥

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes:
Anneaux: Rang E
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Dim 8 Sep - 22:08

Aaaaaaaah, l’air frais, le disque solaire qui brille fort, le calme environnant et… Maria. Oui, tout à fait. Maria. Maria qui, comme à son habitude déambule d’une façon complétement random dans un pays qu’elle ne connait même pas. Tout est normal. Oui, absolument tout. Enfin, si on omet qu’elle se déplace en dansant avec ses écouteurs vissés dans ses oreilles. La musique l’aide à se concentrer. Elle cherche sa sœur. Peut-être qu’en réfléchissant bien, elle trouverait une solution à son petit contretemps. Quel est-il ? Oh, trois fois rien, vous allez rire ! Ou pas.

A la recherche de sa sœur ainée, la mioche avait réussie Dieu sait trop comment – les mystères de la vie –à embarquer dans un avion sans se faire remarquer. Bon, elle était courbaturée de partout, mais elle avait réussi sa manœuvre. Mine de rien, elle est sacrément chanceuse c’te chieuse –hey, vous n’aviez quand même pas cru que j’allais lui jeter des fleurs non ? Primo elle se débrouille déjà suffisamment bien toute seule pour ça et secundo… c’est pas mon job, je suis pas payé pour ça ! Hey, minute, mais j’suis même pas pay-[Veuillez insérer ici un bruit de casserole cabossée.]

Personne ne lui a rien dit jusque-là, alors elle marche tranquillou, les mains dans les poches et les yeux vers l’étendue bleue du ciel clair et puis…
    « SO CALL ME MAYBEEEEEEEEEEEEEEE ! »
Voici qu’elle recommence. Oui, elle chante, en pleine rue, entrainée par le rythme que seules ses oreilles à elle peuvent percevoir. Un klaxon retentit. Oups. Elle avait commencé à fermer les yeux et danser en plein milieu d’un carrefour. Un peu folle la gamine. Non, beaucoup, enfaite. Veinarde qu’elle est que peu de voitures passent à cette heure creuse de la journée sinon… Eh bien sinon elle sera déjà réduite à l’état de crêpe humaine à même le bitume chaud. Un sourire innocent pour adoucir le conducteur contrarié et elle repart, en sautillant, les bras battant légèrement l’air, comme si elle était un petit moineau prompt à s’envoler d’un instant à l’autre.

Elle passe devant des boutiques, pleins de boutiques. Et puis fatalement, son radar de gonzesse se met en marche de façon automatique, par la magie du Saint Esprit – il a le dos large, profitons-en – ses yeux s’accrochent à de jolies vitrines, bien pimpantes. Ouah, la belle robe rose ! Ouah, les jolies chaussures noires cirées ! Oh Dear God, elle ne peut pas rester inactive, c’est juste pas possible, ni même envisageable ! Il faut qu’elle essai ses petits bijoux de l’actuelle mode, pas possible autrement ! Un immense sourire de débile se regrave sur ses lèvres, après le bavage sur les vitres du magasin et elle entre dedans, s’empare d’un panier et fait ses petites emplettes imaginaires. Elle sait bien qu’elle ne repartira avec rien, mais c’est pas grave, rien que d’essayer, ça lui fait déjà plaisir !

La musique dans ses écouteurs change, maintenant, elle gambade sous les regards couveurs de ses hyènes de vendeuses à grand coups de « Good Feeling », d’un certain américain célèbre. Il y a du rythme, ça la fait bouger, elle aime ça comme pas permis ! Et hop là, son panier est déjà plein à craquer en cinq minutes de temps ! C’est parti pour l’essayage ! Sa partie préférée !

Les minutes défilent rapidement sur le cadran de l’horloge placée juste au-dessus de la cabine, comme pour rappeler qu’on ne peut pas l’occuper indéfiniment. Mais ça, Marian, elle s’en fiche. Sur son corps d’adolescente même pas encore formée correctement se succèdent des chemisiers à fleurs, des T-shirts unis, des jupes écossaises, des accessoires « trop mignoooons », bref, toute la panoplie complète de la gamine qui adore le fluffy à tirelarigot, quoi.
Finalement, elle retire le dernier ensemble et remet tout en rayon aussi vite qu’elle les en a sortis. Sauf que. Les adultes se posent des questions. Deux vendeuses viennent la voir tandis que son mp3 diffuse dans ses tympans « Move your Body » des Eiffel 65, un vieux groupe français. Elles lui tapotent l’épaule alors que le morceau vient à peine de commencer. Maria retire l’un de ses écouteurs et les regarde, incrédule. Elles lui demandent si elle compte acheter. Euh, non. Elle n’a pas d’argent sur elle. Enfin, pas à dépenser là-dedans. Maria est un peu illuminée, mais elle a un peu le sens des priorités, tout de même. Elle sait qu’elle ne doit pas toucher à ses petites économies pour ses habits hors de prix. Devant l’insistance des dames, elle tente une ruse vieille comme le monde, vous savez le coup du « oh, là-bas, un rat ! ».

Oh putain, ça a marché. Qui l’aurait cru ? Et pourtant, les vendeuses se sont retournées en hurlant, laissant le temps à l’expatriée de se carapater bien loin tout en riant avant e comprendre la supercherie. Ainsi, la brunette est déjà bien loin de tout ça. Elle recommence à danser n’importe comment et… oh, tient, on dirait que quelqu’un essai de lui parler, là-bas. On lui fait de grands signes. Bon, couper la musique et approcher avec un sourire.

[****]

Elle avait atterri dans un petit parc, tout ce qu’il y avait de plus sympathique dans le Japon moderne. Maria aimait bien ce pays. Depuis qu’elle avait atterri en toute illégalité une poignée d’heures auparavant, elle ne cessait de s’émerveiller pour un oui et pour un non. Elle maitrisait le dialecte nippon –en conservant quelques fautes bêtes parfois- car elle avait tenu à l’apprendre pour impressionner Beverly. Echec total. Mais bon, elle ne savait pas encore que c’était un mal pour un bien, dans le fond. A son bras pendait un panier rempli de fleurs fraiches. En voyant une si mignonne petite fille passer, une dame âgée, assise à l’entrée d’une boutique, lui avait demandé si ça ne la dérangeait pas d’aller lui cueillir quelques spécimens pour les mettre en vases, chez elle.

Ni une ni deux, Maria s’était exécutée avec un grand sourire de débile et s’était précipité là où ça sentait le pollen ; le parc. Il était beau, en plus. Au centre il y avait un lac surmonté de grilles pour ne pas risquer une chute bête dedans. Des chemins de sables serpentaient entre les buttes rehaussées d’arbres et les oiseaux chantaient gaiement. Rien n’aurait pu faire tâche sur ce somptueux panorama !

… Sauf peut-être un dépressif.

L’expatriée le remarqua tout de suite. Pourtant, il devait presque avoir le même âge qu’elle, alors elle ne comprenait pas bien. Si on avait pu dessiner une aura autour de lui, c’aurait été très sombre. Immédiatement, Maria en eut un frisson. Puis, elle se dit qu’elle venait de se dégoter une nouvelle mission pour le bonheur de l’humanité, rendre le sourire à quelqu’un !

C’est donc avec la plus grande indélicatesse qu’elle court vers lui avec son agilité d’hippopotame bourré et se planta à quelques centimètres du pauvre adolescent.
    « BONJOUUUUUUUUUUUUUUR ! » beuglât-elle, rayonnante.
Elle ne se formalisa même pas de l’hypothèse qu’il puisse prendre peur face à ce souffle puissant venu du fin fond de ses poumons jeunes et remplis d’air plus ou moins pur. Elle enchaîna immédiatement.
    « J’peux t’aider, hein ? J’peux t’aider ? Dis dis dis j’peux t’aider ?! »
Une hystérique n’aurait sans doute pas mieux parlé qu’elle en cet instant précis. Pauvre garçon, il ne savait sans doute pas à quel point tout ceci n’était que le commencement de son calvaire en compagnie de cette américaine au sang brésilien. Car oui, la miss était un véritable moulin à paroles lorsqu’elle s’y mettait. Ça pouvait même être prit pour une agression par les plus antipathiques, d’ailleurs.
    « Pourquoi tu fais la tête ? » demandât-elle en se retournant totalement, le regardant maintenant avec la tête à l’envers.
Il était plutôt mignon, enfin, « kawaii », comme disait les filles ici. Maria s’interrogeait sur ce qui avait bien pu le mettre dans un tel état. C’était triste, d’avoir un si joli visage et de ne pas sourire à tort et à travers ! L’esprit chevaleresque de Maria se mit en marche immédiatement. Elle se retourna, revenant à la normale et avança son panier plein de fleurs vers le malheureux désigné par le destin.
    « Regarde mes fleurs ! T’as vu comment elles sont belles mes fleurs ?! »
C’était la technique de cette ado’ délictuelle, arrivée au Japon dans son super déguisement de sac de voyage Rose à paillettes My Little Pony parce que c’était un camouflage trop super méga bien de la mort qui sauve d’abord ! Oui, vous avez bien lu, de la mort qui sauve. Nouveau concept by Maria Riviera Jenkins, jeune fille presque normale mais sans doute atteinte d’une folie furieuse consistant en une joie perpétuelle et épuisante pour les proches. D’autant qu’elle ne s’arrêta pas là.
    « Tu veux en prendre une, hein ? Ouai, j’suis sure que t’en veux une ! »
Et aussitôt qu’elle eut parlé, elle piocha une jolie fleurette dans son amas déjà bien conséquent et là tendis au jeune garçon dont elle ignorait toujours le nom, soit-dit en passant.
    « Tiens ta fleur ! »
Elle la lui fourra dans les mains sans même chercher un quelconque signe de refus. C’était du Maria tout craché. Elle savait bien parler le japonais, oui, mais concernant les coutumes locales –sur le respect, notamment ! … Ahan, ce n’était pas gagné-gagné.


"Ella es
Una mujer especial
Como caida de otro planeta ♥
"



petit plus! ►:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsunayoshi Sawada avatar
Boss
Adorable tyran
Messages : 3309
Date d'inscription : 28/02/2013
Talent : Une très bonne intuition

Passeport mafieux
Vitalité:
276/276  (276/276)
Armes: X-Gloves
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Ven 13 Sep - 17:02


    Une journée au calme. Une seule ! Etait-ce trop demandé ?

    Et bien, dans la vie de Tsuna, oui. Ça l’était ! Depuis qu’il avait rencontré Reborn en tout cas.

    Encore une fois, il venait de se faire agresser verbalement par une folle dingue qui semblait sortir tout droit d’un asile psychiatrique. Une étrangère de surcroît… Pas qu’il était raciste. Loin de là mais… Faut croire qu’il les attirait tous ces derniers temps. Surtout les Italiens.  

    Premièrement, il crut qu’il allait mourir d’une crise cardiaque quand celle-ci le salua d’une voix assez énergique. Surtout qu’il ne l’avait pas vu arriver puisqu’il avait les yeux fermés pile à ce moment.

    Ensuite elle lui demanda s’il pouvait l’aider. Pitié ! Qu’on lui foute la paix ! Personne ne peut l’aider. Il était un cas désespéré et il le savait bien.
    C’est ce qu’il allait lui dire mais avant même qu’il ait pu ouvrir la bouche, cette dernière lui fourra une fleur en main et lui demanda s’il la trouvait jolie.

    Une fois la furie calmée, un ange passa et Tsuna regarda la fleur qu’il avait en main.

    « Euh… » fut la réponse la plus intelligente qu’il pu lâché tellement il était sur le cul.

    Il s’apprêtait à l’envoyer se faire voir ailleurs mais il croisa le regard de la jeune fille qui semblait si… pure et si innocente qque sa réponse désobligeante se coinça au fin fond de sa gorge. C’est qu’elle semblait sincère en disant vouloir l’aider. En plus, elle n’avait rien d’un mafioso qui faisait flipper. Elle ne devait pas avoir de rapport avec les Vongola et tout le bataclan.

    À la place, il dit en lui rendant sa fleur :

    « Je suis désolé, mais je ne pense pas que ta fleur puisse m’aider beaucoup. »

    Et il referma les yeux, priant le ciel qu’elle se lasse de lui et le laisse tranquille en retournant à ses occupations premières.


Hors RP :
 



Merci à Maria pour le kit ♥
Fanclub:
 

Vongola Decimo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalia-world.com/
Maria Jenkins avatar
Mafieux
Tueur solitaire
Messages : 269
Date d'inscription : 08/09/2013
Talent : DISTRIBUTION DE BONNE HUMEUR ♥♥♥

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes:
Anneaux: Rang E
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Ven 13 Sep - 22:00

De ses grands yeux bleus, Maria ne voyait absolument pas le mal dans sa manière d’aborder autrui.

Bon, les gens l’avaient reluqué bizarrement en entendant ce souffle se disperser de façon virulente alentours, mais ça, elle s’en fichait. Ou alors elle n’avait pas remarqué. Ou alors elle avait fait exprès de ne pas le remarquer. Bref, avec elle, tout était possible. Le pauvre garçon avait failli mourir d’un arrêt cardiaque à sa simple approche, mais ça, la brune s’en fichait royalement, aussi, parce qu’elle avait avec elle le pouvoir de la mort qui sauve. Mais siiiii, souvenez-vous bandes de coquilles ! C’est son concept à la con du premier post, le machin inédit qui ne fera jamais de succès tout simplement parce que… bah c’est pas possible, ah ah. Décidément qu’elle pauvre cruche elle pouvait être lorsqu’elle s’y mettait sérieusement, comme c’était presque le cas – oui, parce qu’il y avait pire, parfaitement !

Mais elle ne captait pas pourquoi sa fleur n’avait pas eu l’effet escompté au départ. C’est vrai quoi, elle était jolie avec toutes ses pétales bien alignés et sa belle couleur vive ! Les gens sont tellement casse-pieds de nos jours qu’ils n’arrivent plus à se satisfaire du plus petit cadeau fait avec le cœur – dixit, la chieuse pas foutue de rester en place pendant cinq minutes d’affilées. Malgré tout, la jeune Jenkins se sentit d’humeur à réfléchir un peu. Ainsi, ramenant ses phalanges vers son mention, elle prit une pose à la Sherlock Holmes et se sentit presque investie d’une nouvelle mission ; trouver ce qui clochait chez cet individu à l’allure suspecte !

Soudain, elle eut l’illumination – après moins de dix secondes de réflexion, parfaitement – et de ses mains jointes, elle attrapa le poignet du jeune homme et le fit se lever de force. L’air de rien, elle avait une bonne traction dans les bras cette ado’ survoltée. Un cachet de vitamine C sur jambes, oui, en effet. Puis, vint ensuite le moment de l’inspection plus ou moins générale durant laquelle elle fit simplement le tour de l’inconnu en usant de ses agapes comme d’un scanner ultra perfectionner genre Metroid. Mais en mieux parce que là c’était dans sa têêêêête directement ! Ahah ! Samus n’avait qu’ bien se tenir, bwahahahah, Maria is in dah plaaaace !

Ahem. Bref. Passons. Juste, pauvre garçon. Oui, je sais que je l’ai déjà dit, mais cette répétition avait pour but premier d’accentuer la situation de ce dernier, juste pour bien vous enquiquiner à lire un truc complétement désuet.

Huhu, je vous ai bien euuuue ! Non, posez cette casserole. Je le referais plus, promis juré.

Ne trouvant rien par elle-même, la môme se dit qu’elle aurait plus vite fait d’interroger elle-même son homologue.

    « Tu t’es fait mal quelque part ? Tu veux un bisou magique ? Maman me disait que ça pouvait tout guérir quand j’étais petite ! »

Bon, là, elle passait franchement pour une débile – ce qu’elle était, bouhou j’suis méchante ! – avec son grand sourire de niaise. Surtout qu’elle avait agité ses bras de manière aérienne pour assortir ses propos. VDM bonjour. Bon, elle, elle n’y croyait plus depuis longtemps, aux bisous magiques, mais lui semblait un peu plus jeune alors pourquoi ne pas tenter le coup hein ? Il n’y avait pas de mal à espérer, non ?


"Ella es
Una mujer especial
Como caida de otro planeta ♥
"



petit plus! ►:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsunayoshi Sawada avatar
Boss
Adorable tyran
Messages : 3309
Date d'inscription : 28/02/2013
Talent : Une très bonne intuition

Passeport mafieux
Vitalité:
276/276  (276/276)
Armes: X-Gloves
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Dim 15 Sep - 13:38

    Tsuna se demanda légèrement si cette fille n’était pas en train de se foutre royalement de lui. En plus, il commençait à avoir mal au ventre. Faut dire qu’il n’avait rien mangé depuis deux jours et qu’en plus, il n’avait pas beaucoup dormi ce qui le rendait héritable, faible et nauséeux.
    Alors qu’il voulait qu’elle le laisse tranquille, celle-ci ne semblait pas être de son avis.

    Elle attrapa son poignet et l’obligea à se lever. Surpris de cette nouvelle proximité, Tsuna se mit à rougir légèrement et se sentit mal à l’aise.

    « Qu’est-ce que… » commença-t-il mais il fut interrompu par l’auscultation, dans les moindres détails, de son corps par l’étrangère. Mais qu’est-ce qu’elle faisait !?!

    « Tu t’es fait mal quelque part ? Tu veux un bisou magique ? Maman me disait que ça pouvait tout guérir quand j’étais petite ! »

    Oui ! Ça ne faisait aucun doute. Elle se foutait de sa gueule !
    Tsuna fronça les sourcils, vraiment furieux et se dégagea violement de l’emprise de la jeune fille quelque peu collante.

    « Mais j’en ai rien à fiche de ton bisou magique ! Ce que je veux c’est que tu me foutes la paix ! »

    Il recula d’un pas et sentit qu’il avait la tête qui tournait. Trop d’énervement de si bon matin, c’était pas l’idéal. Il continua :

    « Tes fleurs, tes bisous ou je sais pas quoi, tu peux te les garder ! Comme-ci ça pouvait m’aider en quoique ce soit ! »

    Il devait avouer qu’il ne se reconnaissait pas lui-même. Il s’énervait tellement peu souvent qu’à l’instant précis, il avait l’impression que quelqu’un d’autre guidait ses paroles et il se sentait mal pour l’inconnue qui était juste arrivé pile au mauvais moment. Ce qui n’arrangeait rien à son mal être… d’ailleurs son ventre lui faisait mal. Vraiment très mal.

    Il eut un hoquet et se pencha d’un coup pour vomir… de la bile (puisque c’était le seul truc qu’il avait dans l’estomac actuellement) et se retrouva à genoux sur la terre battue du parc, tremblant.

    Je me souviens que l’auteur ci-dessus avait employé le terme « VDM » mais en réalité personne, je dis bien personne, ne peut battre celle de Tsuna. Seul être au monde à se vider l’estomac au pied de la fille qu’il vient d’engueuler. Crédibilité, zéro.

    Enfin, grâce à ça, elle sera sans doute dégoûtée et décidera de le laisser tranquille. C’était pas plus mal au fond.



Merci à Maria pour le kit ♥
Fanclub:
 

Vongola Decimo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalia-world.com/
Maria Jenkins avatar
Mafieux
Tueur solitaire
Messages : 269
Date d'inscription : 08/09/2013
Talent : DISTRIBUTION DE BONNE HUMEUR ♥♥♥

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes:
Anneaux: Rang E
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Dim 15 Sep - 14:52

Maria était perplexe. Apparemment, ses tentatives pour rendre le sourire à ce garçon allaient être bien plus ardues que prévues. Qu’à cela ne tienne, on reconnaissait un héros par son accomplissement de tâches difficiles et qu’on croyait irréalisable ! Ainsi, tel Superman avec sa Kryptonite, Maria venait de dégoter l’artefact qu’elle allait devoir surmonter pour ressortir grandit de cette épreuve ! Bon, il était maintenant question de bien réfléchir à comment faire pour étirer correctement les lèvres de ce geignard. L’américaine fit rapidement le résumé du problème.

Premièrement, il semblerait que les fleurs n’ai pas l’effet escompté sur lui ; elle allait devoir compter sur autre chose que ses amies pleines de pétales pour avancer dans cette situation. Ensuite, il ne paraissait pas blessé, nulle part.
Enfin, d’extérieur, en tout cas, Maria n’avait rien vu. Mais elle n’avait jusqu’à preuve du contraire pas une vie à rayon X – même si ce serait trop cool d’’extrême de givré !- et pouvait très bien s’être trompé là-dessus. Ceci dit, elle n’eut pas vraiment le temps de tergiverser davantage car il lui criait dessus, maintenant. Elle recula d’un pas et arqua d’une façon tout à fait choupinette ses sourcils, pour marquer clairement l’incompréhension qui l’habitait. Elle l’aurait vexé ? Comment ? Elle n’en savait rien, mais elle n’aimait pas ça.

Le garçon fini par tomber sur le sol, à genoux, en se tenant le ventre. La Jenkins avait déjà eu ce genre de désagréments, lorsqu’elle était plus petite et qu’elle était tombée malade. Mais ça, c’était parce qu’elle n’avait rien mangé de concret depuis plusieurs jours. Peut-être que c’était pareil pour lui ? Qui ne tentait rien n’avait rien, après tout, aussi elle se mit à la recherche d’une solution immédiatement.

Elle fut toute trouvé puisque la brune se souvenait maintenant que dans son sac – toujours rivé à son dos- se trouvait un paquet de pockies, qu’elle avait emmené avec elle depuis les États-Unis dont elle était partit. Bon, le sachet était un peu éventré, mais il restait quelques barrettes chocolatées qui, elle en était persuadée, cette fois, parviendraient à arracher un beau rictus à cet ado’ dont elle ne connaissait toujours pas le nom. Elle se promit toute seule de lui poser la question, un peu plus tard, lorsqu’il irait mieux. Enfin, dès qu’il en donnerait l’air, ce serait déjà un beau progrès.

Maria posa le paquet de friandises devant l’inconnu puis se redressa et fit volte-face, partant sans un mot dix mètres plus loin, ou jouait des enfants, près du lac. L’un d’eux avait un sceau et s’amusait à faire des pâtés dans le sable meuble. Tout naturellement, avec sa candeur irradiante, l’expatriée s’accroupit près de lui.
    « Tu me prête un peu ton sceau s’il te plait ? Je te le rends plus tard, promis ! »
L’enfant lui adressa un beau sourire, de l’ordre de ceux qu’elle recherchait en permanence sur le visage du monde entier. Ensuite, elle s’approcha du lac et prit de l’eau fraiche en faisant attention de ne pas faire craquer la anse en plastique de l’accessoire. Son œuvre faite, Maria regagna son point de départ et… vida le contenu liquide sur la tête de sa pauvre victime.
    « Quand j’avais des nausées, Papa me faisait toujours prendre une douche fraiche, pour faire passer. »
C’est ça, Maria, essai d’argumenter, tu t’enfonces absolument pas toute seule, là…


"Ella es
Una mujer especial
Como caida de otro planeta ♥
"



petit plus! ►:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsunayoshi Sawada avatar
Boss
Adorable tyran
Messages : 3309
Date d'inscription : 28/02/2013
Talent : Une très bonne intuition

Passeport mafieux
Vitalité:
276/276  (276/276)
Armes: X-Gloves
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Mer 18 Sep - 19:38


    Bon ben… fallait croire que le vomi ne dégoutait plus les demoiselles de nos jours. Du moins, pas celle-là. C’était bien sa veine, tiens.

    Le corps parcourut de tremblement incontrôlable, le futur Decimo se demanda ce que lui réservait encore cette étrangère quelque peu…  collante.

    Contre toute attente, quand il leva les yeux, il constata qu’elle lui tendait de quoi manger. Avait-elle donc compris qu’il n’était pas bien à cause du manque de nutriments dans son sang suite à son boycotte des repas ? Au fond, elle était sympa. Et elle avait l’air d’être inquiète pour lui… pourquoi s’était-il donc braqué comme ça finalement… ?

    Il eut sa réponse, deux secondes plus tard. Une chose qu’il soupçonnait depuis le tout début. Cette fille était totalement tarée.

    A peine avait-il prit les friandises en mains que l’étrange jeune fille partit et revint deux secondes plus tard lui verser un seau d’eau sur la figure.

    Tsuna ne savait pas quoi dire tellement il était sidéré. En plus, l’eau glacée fut du pire effet. En plus d’avoir encore son creux à l’estomac à cause du manque de nutriment, maintenant il claquait des dents et tremblait comme une feuille. De plus, l’air frais du vent sur ses cheveux et ses oreilles trempées n’arrangeait rien aux frissons qui lui parcourait le corps.

    Il releva la tête, toujours les biscuits, aussi trempé que lui, en main et hurla :

    « Mais tu es complètement malade ??!! »

    De toute sa vie, Tsuna ne s’était jamais entendu crier comme ça. Il était vraiment vraiment en colère.

    Il se releva en chancelant.

    « Depuis quand on balance de l’eau froid sur les gens pour les aider !?! »

    Quoiqu’en y réfléchissant bien, c’était bien genre de trucs que ferait Reborn. Mais passons ce détail.

    Tsuna se laissa tomber par terre et s’assit en tailleur, se tenant la tête d’une main, se calmant légèrement.

    « Bon. Dis-moi. Qu’est-ce que je dois faire pour que tu me laisses tranquille ? »



Merci à Maria pour le kit ♥
Fanclub:
 

Vongola Decimo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalia-world.com/
Maria Jenkins avatar
Mafieux
Tueur solitaire
Messages : 269
Date d'inscription : 08/09/2013
Talent : DISTRIBUTION DE BONNE HUMEUR ♥♥♥

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes:
Anneaux: Rang E
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Mer 18 Sep - 20:27

Enfin, il avait réagi. Pendant un instant, Maria avait cru vraiment qu’il allait être tétanisé par l’eau froide, tel un chat, et qu’il allait se mettre en mode OFF. Il ne fallait pas chercher à comprendre cette logique, c’était du Maria tout craché. Elle était dans sa période où elle assimilait pas mal de choses à une machine ; et donc pas mal de situations à un bouton ON/OFF mal réglé, sans doute, quelque part dans l’immensité microscopique – ouh ouh oxymore !- du corps humain. Si elle était malade ? Elle était drôle, cette question ! Absolument pas, la Jenkins était en excellente santé ; rayonnante, même. Ah en coller de l’urticaire à tous ceux qui haïssait les jeunes. Et non, je ne vise personne, pour une fois dans ma vie. Ahem. Bref.

Son plan non-machiavélique commençait à prendre bien forme, maintenant qu’elle avait pu engager la conversation. Rien n’aurait su lui faire plus plaisir ! Vraiment. Elle souriait sur toute la largeur de son visage, maintenant. Parce qu’elle voulait montrer l’exemple à ce garçon qui, apparemment, avait oublié comment il devait s’y prendre pour montrer une belle face au reste du monde. Et la brune ne se posait pas encore la question de savoir si oui ou non il avait des raisons de tirer la gueule à ce point.

Ainsi, lorsqu’il se redressa pour s’assoir en tailleur sur le sol sablé – l’américaine manqua de lui faire remarquer qu’il allait se salir mais préféra d’abord écouter ce qu’il avait à dire – elle se mit accroupi, supportant ainsi tout son poids sur ses genoux pliés et répondit, comme si de rien n’était.

    « Sourire. »

Comme ça, pour elle, ça paraissait simple, mais elle n’avait pas pris le temps de bien s’expliquer. Alors, avec des doigts, elle traça un étirement de lèvres sur son faciès de poupée hyperactive et ainsi l’inconnu – qui n’en était plus vraiment un aux yeux de Maria mais passons – pu voir toutes les dents bien blanches et alignées de l’expatriée lui faire face. Bonjour, urgence psychiatrique, on a un cas pour vous, ah ah.

Et encore, elle ne s’arrêta pas là ! Absolument pas, c’aurait été trop beau pour le pauvre agressé.

    « Mais comme tu ne sais visiblement pas comme faire par toi-même, viens, je vais te montrer ! »

Et sur ce, elle s’empara encore du poignet du jeune homme pour l’entraîner avec elle – non sans avoir cette fois posé son panier pleins de fleurs – vers un coin aléatoire du parc. Comment ? Lui demander son avis au préalable ? Ah, vous en avez de bonnes, vous. Auriez-vous oublié de qui l’on parle, présentement ? Évidemment qu’elle ne lui a rien demandé, ça tuait toute la magie de l’instant sinon, pas vrai ?

Enfin, ça permettait surtout à la pauvre victime de la brune d’être en bonne voie pour choper un rhume mais bon ; appelons ça les risques du métier. Il faut bien ça pour arriver à survivre à Maria, après tout. Un mal pour un bien ? Un mal pour un mal, plutôt.


"Ella es
Una mujer especial
Como caida de otro planeta ♥
"



petit plus! ►:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsunayoshi Sawada avatar
Boss
Adorable tyran
Messages : 3309
Date d'inscription : 28/02/2013
Talent : Une très bonne intuition

Passeport mafieux
Vitalité:
276/276  (276/276)
Armes: X-Gloves
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Mer 18 Sep - 21:07

    Sa réponse l’étonna. C’était étrange et en même temps si ironique ! Lui qui souriait tout le temps d’habitude. Alors cela voulait dire qu’il n’avait pas le droit d’être triste ? Juste le jour où sourire était devenu un véritable supplice, voilà qu’une parfaite étrangère lui demandait de… redevenir le Tsuna habituel.

    Il sentit les larmes revenir. C’était si injuste au fond. C’est comme-ci, il n’avait le droit d’avoir des sentiments.
    Par ailleurs, il n’eut pas le temps de pleurer que la demoiselle l’emmenait déjà autre part pour lui montrer comment faire pour sourire. Ahah ! La bonne blague.

    La seule chose qu’il pensa c’était qu’il avait laissé sa veste et son sac sur le banc et qu’il espérait qu’elle sera encore là à son retour. Bon, la veste il y avait de forte chance qu’elle soit encore là car qui s’intéresserait à voler une veste d’uniforme de la ville d’à côté ? Mais bon, le sac, c’était une toute autre histoire. Heureusement, son portefeuille était tristement vide.

    Il renifla. Sérieusement, il allait finir malade. D’une certaine façon, c’était tant mieux comme ça il raterait encore des cours. C’est que, pour l’instant, il n’avait vraiment pas envie de retourner en classe. C’était une véritable torture pour lui. M’enfin… ça n’empêchera pas Reborn de lui donner cours.

    Cette petite promenade dans le parc eut l’art de lui faire ravaler ses larmes. Du coup, quand ils s’arrêtèrent dans un coin, il avait plus l’air exaspéré (et frigorifié) que triste et accablé.

    « Et quoi ? » demanda-t-il. « Tu vas me faire faire une séance de thérapie par le rire ? Je te préviens. Je ne suis pas d’humeur aujourd’hui. »

    Comme ça c’était claire et net.



Merci à Maria pour le kit ♥
Fanclub:
 

Vongola Decimo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalia-world.com/
Maria Jenkins avatar
Mafieux
Tueur solitaire
Messages : 269
Date d'inscription : 08/09/2013
Talent : DISTRIBUTION DE BONNE HUMEUR ♥♥♥

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes:
Anneaux: Rang E
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Mer 18 Sep - 21:44

C’était comme dans un rêve de petite fille. Tout se déroulait parfaitement bien. Maria n’aurait pas pu vouloir une organisation meilleure que celle-ci. Mais bon, dans un sens, elle ne s’étonnait qu’à peine à moitié ; elle était trop géniale de la mort qui sauve, logique, donc, que tout ai fonctionné comme sur des roulettes. Et tout continuerait ainsi, c’était écrit dans les étoiles ! Oui, en plein jour. Parfaitement. Pourquoi vous m’enquiquinez avec des points de détails, d’abord ? On reprend, et plus vite que ça.

Je disais donc, en tant que sublime voix-off rattaché à ce côté du RP, que la demoiselle entrainait maintenant le jeune homme –que nous finirons par nommé « sujet A » pour faire une rotation au niveau des dénominatifs si vous le voulez bien (et même si vous ne le voulez pas je m’en fous c’est moi qui ai la télécommande) – dans tout le parc, irradiant de sa chaleur humaine tous les alentours. Un soleil sur patte, en somme. La radioactivité en moins. Quoi que. Il va bien falloir trouver un jour l’explication à son débordement d’énergie, et le nucléaire semble être une bonne option. Quoi ma gueule ? Mais !

Bon. Okay, finis les interludes ou je vais me remanger la poêle à frire moi.

Maria entraina le garçon un peu plus loin, cherchant n’importe quoi qui pourrait lui remonter le moral. Après tout, par un si beau temps, il n’y avait pas de raison de faire la tête, pas vrai ? Ils avaient finis par atterrir dans un petit renfoncement du parc, derrière une colline surplombée d’arbres. L’avantage premier était que c’était assez isolé ; le second que le vent était bloqué par la butte de terre, protégeant ceux qui était derrière des bourrasques venteuses. Le spot idéal pour prendre un peu de couleur sans risquer d’attraper froid, en somme.

Entendant son pauvre compatriote renifler, Maria fouilla instantanément ses propres poches pour voir si elle n’aurait pas quelque chose d’utile pour aider Mister-Je-Ne-Suis-Pas-Heureux-Et-Je-N’ai-Visiblement-Pas-Envie-De-L’être à éponger un peu sa chevelure très humide. Captain Obvious, quand tu nous tiens, ah ah. Sans déconner Maria, c’est maintenant que tu te rends compte que l’eau ça mouille ? Pauvre fille va, parfois tu fais vraiment peur. Genre, tout de suite maintenant.

Du fin fond de sa caverne d’Ali-Baba miniature, elle déterra un paquet de mouchoir en papier, neuf. Et c’est très gentiment qu’elle le tendit à son homologue, sans même prendre en compte sa remarque acerbe. Limite si ça pourrait pas passer pour du foutage de gueule. Enfin. Si. Dans un sens, c’aurait pu être le cas, mais puisqu’il s’agissait de Maria et pas d’une autre personne, cette supposition était tout simplement invalide. Hu hu.

    « Tiens, pour tes cheveux !»

Elle avait lancé ça avec une candeur à en jeter des petits cœurs en soie rose partout autour d’elle. Parce que le pire dans sa connerie, c’est qu’elle était vraiment convaincue de son fait. Lâchant la main de l’étudiant, l’adolescente partit s’assoir en plein caniard, sur l’une des pentes de la colline, à deux pas de là. Il n’y avait pas à dire, sans la brise, c’était le pied total. Fermant les yeux pour ne pas se les abimer en regardant l’astre du jour, la brunette tapota finalement le sol juste à côté d’elle et, tout en gardant le sourire le plus heureux de la planète, dit ;

    « Viens ici, il fait bon au soleil ! »

Elle aussi, elle disait les choses clairement… Enfin, jusqu’à maintenant.


"Ella es
Una mujer especial
Como caida de otro planeta ♥
"



petit plus! ►:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsunayoshi Sawada avatar
Boss
Adorable tyran
Messages : 3309
Date d'inscription : 28/02/2013
Talent : Une très bonne intuition

Passeport mafieux
Vitalité:
276/276  (276/276)
Armes: X-Gloves
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Dim 22 Sep - 19:10


    Une fois qu’ils étaient arrivés au lieu où elle désirait l’emmener, elle fouilla dans son sac et lui tendit des mouchoirs. Certes, il avait reniflé sauf que là, elle les lui donnait en disant :

    « Tiens, pour tes cheveux ! »

    Pour ses cheveux… ok. Qu’est-ce qu’il allait bien pouvoir faire avec des mouchoirs en papier, sérieusement ? Bon, c’est vrai que ça pourrait un peu étancher un peu l’eau mais en contrepartie, le mouchoir risquait fort de s’effriter dans ses cheveux.

    Sans un mot, il accepta tout de même le paquet de mouchoir car il commençait vraiment à avoir froid. Alors qu’il était en train d’éponger  mèche après mèche ses cheveux, il lança un coup d’œil à la jeune fille qui s’était assis sur l’herbe et profita du soleil, les yeux fermé.

    A mieux y regarder, elle était vraiment jolie. Bon, elle n’avait pas la douceur qu’avait Kyoko-chan mais elle était jolie, dans son style.

    La seule chose qui le rebutait  chez elle c’était qu’elle était folle.

    C’est alors qu’elle se retourna, un sourire lumineux aux lèvres et l’invita à s’asseoir à ses côtés. Étrangement, Tsuna obtempéra.

    Il s’assit donc sur l’herbe à côté d’elle, en laissant tout de même un peu d’espace vitale entre eux et la regarda avec méfiance.

    « Pourquoi veux-tu à tout prix que je souris ? » finit-il tout de même à demander.



Merci à Maria pour le kit ♥
Fanclub:
 

Vongola Decimo


Dernière édition par Tsunayoshi Sawada le Lun 23 Sep - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalia-world.com/
Maria Jenkins avatar
Mafieux
Tueur solitaire
Messages : 269
Date d'inscription : 08/09/2013
Talent : DISTRIBUTION DE BONNE HUMEUR ♥♥♥

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes:
Anneaux: Rang E
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Dim 22 Sep - 22:05

Sa mère lui avait toujours dit que les êtres humains étaient faits pour sourire et qu’il ne fallait jamais négliger un petit étirement des lèvres, par-ci, par-là. Ça peut sauver des vies, si si. Ou des âmes, à défauts d’avoir à enfiler un costume bigarré de super héroïne pour aller à la rescousse du peuple. En tous les cas, Maria accordait tout le crédit nécessaire à ces paroles car si sa mère l’avait dit, c’était que c’était forcément vrai et incompressible. La métisse percevait encore la moindre parole de sa génitrice comme étant parole bénie d’évangile, c’est dire. C’est donc tout naturellement qu’elle répondit à la question posée un clair net et précis :
    « Parce que. »
Mais elle n’allait pas s’arrêter là, non, bien sûr. Elle voulait trouver les bons mots pour formuler ce qu’elle avait en tête. Alors, pendant qu’elle laissait le soleil darder de ses forts rayons sa peau halée, elle recherchait savamment dans un coin de sa tête une tournure de phrase adaptée qui lui permettrait de ce faire comprendre sans efforts. Et finalement, elle trouva la parade en y allant le plus simplement du monde. Tournant la tête vers le garçon, elle lui sourit de plus belle, avec ses grandes mirettes bleues foncées.
    « Les humains ne devraient jamais avoir à être triste car c’est là le châtiment des lâches. »
Elle avait entendu cette phrase, une fois, en cours. Et ça l’avait marqué. Genre, beaucoup beaucoup beaucoup. Pour elle, c’avait toute une signification, presque religieuse et à ce titre, elle espérait bien pouvoir transmettre son opiniâtreté à l’autre adolescent. La Jenkins détestait voir les gens tristes. Elle voulait toujours semer le bonheur derrière elle, mais si au fond, elle ne valait pas mieux. Mais ça, c’était encore une autre histoire qu’il n’était pas encore temps de déterrer.

Gesticulant un peu, la brune se rapprocha du pauvre collégien, pivota et se laissa tomber de manière à ce que sa tête atterrisse sur les genoux du malheureux. Elle affiche un rictus étincelant, encore, et lève ses mains devant son visage pour se protéger de l’astre du jour, un peu aggressif avec ses yeux clairs.
    « Avoue, tu me trouve bizarre. »
Elle demandait ça de façon rhétorique ; la réponse, elle l’a connaissait à quatre-vingt-dix pour cent. Elle avait toujours été « bizarre », « hors-norme », « dynamique » et cetera. Souvent on lui en avait fait le reproche, mais elle, elle ne voyait pas les choses du même œil. C’est vrai quoi, pourquoi ‘évertuer à être morose en permanence ? Maria, elle voulait simplement voir un monde éclairé par un sourire unique. Elle était naïve, cette enfant. Naïve et par-dessus tout, beaucoup trop rêveuse, surtout pour son âge ou l’on commence à prendre acte de certaines réalité blessante. Mais bon, la vie se chargera de lui faire rattraper son retard tôt ou tard ; et ce jour-là, la chute sera rude, même pour elle.

Car a toujours vouloir rendre son entourage heureux, on finit par ne plus savoir encaisser le choc soir-même. Mais ça, elle ne le savait pas encore, la petite Maria.


"Ella es
Una mujer especial
Como caida de otro planeta ♥
"



petit plus! ►:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsunayoshi Sawada avatar
Boss
Adorable tyran
Messages : 3309
Date d'inscription : 28/02/2013
Talent : Une très bonne intuition

Passeport mafieux
Vitalité:
276/276  (276/276)
Armes: X-Gloves
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Mer 25 Sep - 18:11

    Tsuna rougit quand la jeune fille se servit de ses jambes comme d’un coussin. Si quelqu’un passait par là, il les aurait pris pour un couple. Ce qui était très gênant.

    Il préféra donc regarder ailleurs quand il dit :

    « Oui. Je te trouve bizarre. »

    Comme ça c’était clair et net. Cette fille était encore plus bizarre que tous les mecs bizarres qu’il avait eu la malchance de rencontrer depuis que Reborn (lui aussi était compris dans les mecs bizarres) était apparu dans sa vie. Et puis, il haussa les épaules et rajouta :

    « Ça tombe bien, je suis lâche. Laisse-moi subir mon châtiment tranquillement. »

    Ses yeux se remplirent à nouveaux de larmes. Sérieusement, il ne savait faire que ça aujourd’hui. Pleurer. Il ne valait pas mieux que Lambo là. Il se sentait vraiment pitoyable.

    Il se coucha à son tour dans l’herbe, en reniflant et essuya ses yeux. Tout en regardant le ciel d’un bleu magnifique, ce ciel qu’il était censé représenter pour ses Gardiens et ami, il rajouta :

    « J’aimerais tellement m’endormir là pour ne plus me réveillé. Ce serait un souci en moins sur cette terre… »

    Il n’avait pas pour habitude de se confier aux gens, et encore moins à la première inconnue complètement maboule qui passait par là – d’ailleurs, la première fois qu’il s’était confié à quelqu’un, à savoir Gokudera, il lui avait donné de mauvais conseil  en lui disant d’avouer ses sentiments à Kyoko-chan – mais aujourd’hui, il n’en avait rien à faire de savoir ce que cette fille pensait de lui. Il n’était pas à une moquerie de prêts de toute façon.

    « Pourquoi suis-je aussi naze… ? »

    Voici la question existentielle qui le pourchassait partout. Oui, qu’avait-il fait à Bouddha pour mériter ça ? Avait-il était un sale type dans une autre vie ? Ca expliquerait tout ! Mais personnellement, il aurait préféré se réincarner en une petite bestiole (genre un bernard l’hermite) qu’en un « tsunaze ». On ne lui avait vraiment pas fait de cadeaux sur ce coup-là.



Merci à Maria pour le kit ♥
Fanclub:
 

Vongola Decimo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalia-world.com/
Maria Jenkins avatar
Mafieux
Tueur solitaire
Messages : 269
Date d'inscription : 08/09/2013
Talent : DISTRIBUTION DE BONNE HUMEUR ♥♥♥

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes:
Anneaux: Rang E
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Jeu 26 Sep - 14:33

Son cerveau fonctionnait à mille à l’heure, minimum. Il y avait plein d’idées qui fusaient dans tous les sens. Elle, elle savait qu’elle était bizarre. Enfin, aux yeux des autres, bien entendu, parce qu’aux siens, tous ses actes étaient on ne peut plus normaux et réfléchis ! Oui, même quand ils ne l’étaient pas, parfaitement. Il ne fallait pas chercher à comprendre la logique de Maria, il n’y avait bien qu’elle pour s’auto-comprendre – quoi que parfois c’était limite, ahem...

Elle voulait vraiment rendre le sourire à ce garçon, mais force était de constater que cette entreprise allait être plus ardue que prévue ! Qu’à cela ne tienne, Maria était persuadée qu’elle avait été une héroïne so classieuse dans une autre vie, le genre de wonder woman qui donne sa vie pour sauver ceux qu’elle aime. Du coup, forcément, dans cette vie, elle ne pouvait pas se permettre d’abandonner, n’est-ce pas ? Le souci, c’est qu’une phrase de son homologue l’atteignit plus qu’elle ne l’aurait jamais pensé.

Instantanément, elle se redressa et s’installa de façon à se retrouver au-dessus du pleurnichard. Ouai, parfaitement, elle bloquait tout espoir de retraite, là. Ses cheveux noirs tombaient de part et d’autres de ses épaules, malgré l’attache en queue de cheval qui les retenaient. Avec ses grands yeux bleus, elle essayait de comprendre ce qui justifiait autant de désespoir chez ce gars. Ce qu’il venait de dire, non pas à propos d’un « Tsunaze »-machin, mais avant, c’était cruel, vraiment. D’ailleurs, Maria ne se gêna pas pour le lui faire remarquer.
    « Dis…Tu le penses vraiment ? »
Elle perdit un instant de sa gaieté pour être vraiment sérieuse. Il y a des sujets sur lesquels on ne plaisante pas et qu’elle n’aimait pas aborder. Celui de son paternel arrivait en pole position et elle ne pensait vraiment pas avoir à s’y référer en ce jour si ensoleillé.
    « Tu penses vraiment que tu voudrais juste te rendormir pour ne plus jamais te réveiller ? »
Elle déglutit un peu.
    « Tu ne penses pas à tes proches ? Tu dois bien en avoir, non ? »
Maintenant elle le regarde, droit dans les yeux, avec une lueur de tristesse dans ses iris presque d’encre avec le contre-jour.
    « Tu n’as jamais connu la perte d’un être cher, toi, pas vrai ? »
Elle n’aimait vraiment pas faire ça. Ça lui faisait mal. Elle ne voulait pas avoir mal. Elle n’aimait pas avoir mal. Ce n’était pas une masochiste, simplement une adolescente perdue dans ce vaste monde ; une vie qui cherche un moyen de justifier son existence autrement que par l’erreur humaine. Alors pourquoi fallait qu’il y est toujours des gens comme ce garçon qui balance tout d’un revers de main pour mieux s’approprier des paroles blessantes au possible ? Maria ne comprendrait jamais la cruauté. Et ça, c’était exactement ce dont il venait de faire preuve, cet inconnu.


"Ella es
Una mujer especial
Como caida de otro planeta ♥
"



petit plus! ►:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsunayoshi Sawada avatar
Boss
Adorable tyran
Messages : 3309
Date d'inscription : 28/02/2013
Talent : Une très bonne intuition

Passeport mafieux
Vitalité:
276/276  (276/276)
Armes: X-Gloves
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Sam 5 Oct - 21:23


    Tsuna resta silencieux tellement il fut surpris par le sérieux de la fille étrange. Il n’aurait jamais imaginé qu’elle puisse l’être un jour.
    Il tenta de se dégager, mais l’étrangère le maintenait avec force. Et de la force, elle en avait. Beaucoup plus que lui en tout cas.
    Comme il ne savait rien faire d’autres, il détourna le regard et ne répondit pas.

    Il savait pertinemment que cette inconnue avait raison. Ce qu’il venait de dire était purement égoïste et injuste pour ses parents (oui, même son père malgré le fait qu’il n’était jamais là) et pour ses amis. Il savait que ces derniers seraient triste s’il venait à mourir, là, tout de suite. Mais voilà, il ne voulait pas l’admettre. Le peu d’orgueil qu’il avait en lui ne voulait pas donner raison à cette fille.

    Il garda donc le silence, tout en se mordant les lèvres et évita de croiser le regard si franc de l’inconnue. Il voulait qu’elle le laisse tranquille. Pourquoi s’acharnait-elle contre lui comme ça ? C’était un châtiment divin c’est ça ?

    Il réfléchit à un moyen pour qu’elle lui foute la paix et le mieux était d’admettre son erreur. Il finit donc par répondre :

    « Désolé… je n’aurais jamais du dire un truc pareil. »

    Il n’osait toujours pas regarder la jeune fille en face et, à la place, il gardait son regard fixé sur une des longues mèches de cheveux foncés de la jeune demoiselle qui tombait en cascade de chaque côté de son visage.



Merci à Maria pour le kit ♥
Fanclub:
 

Vongola Decimo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalia-world.com/
Maria Jenkins avatar
Mafieux
Tueur solitaire
Messages : 269
Date d'inscription : 08/09/2013
Talent : DISTRIBUTION DE BONNE HUMEUR ♥♥♥

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes:
Anneaux: Rang E
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Dim 6 Oct - 0:19

Eh bah voilà un peu d’espoir ! Enfin ! Il était temps. Immédiatement Maria regagna son sourire. Elle avait réussi ! En partie, certes, mais c’était déjà mieux que rien. Elle était contente. Très contente, même. Et fière d’elle, en plus. Ce garçon avait admis avoir fait erreur, c’était un fabuleux pas en avant depuis leur première parole, peu de temps auparavant ! D’ailleurs, la Jenkins se redressa d’un coup, toute heureuse qu’elle était de nouveau. Fini de broyer du noir et tant mieux ! Ce n’était pas son activité favorite.
    « Youpiiiii ! »
Au moins, à la voir faire comme ça, on avait peu de chances de pouvoir douter de son bien-être personnel. Elle rayonnait comme un petit soleil pourvu de jambe en train de gesticuler. A vous en faire choper un coup de soleil et vous flanquer le mal de mer par la même occasion. Cette gosse n’était vraiment pas terminée dans sa tête, c’était pas possible autrement. Elle s’empare de nouveau de la main du garçon et le relève également, dans un ample mouvement tout simple.
    « Tu vois ? Je savais que tu pouvais y arriver ! »
C’était sa manière à elle de montrer qu’elle était heureuse de savoir une personne mieux dans sa peau en comparaison avec un départ un peu plus noir.
    « Aller, maintenant on va-»
Et là, c’est le drame. Voyez-vous, elle venait de capter seulement maintenant que son panier plein de fleurs fraiches était resté, genre, à l’autre bout du parc ? Sans surveillance ? Eh oui, l’info venait seulement de monter au cerveau de miss cruche. Elle commença donc juste à paniquer. Juste un peu. Ou à se changer en une boisson énergisante. Au choix.
    « NOOOON J’AI OUBLIE LES FLEUUUURS ! »
Elle se tient la tête, l’air catastrophé. Bon, elle n’a pas le choix, la vieille dame attend ses fleurs après tout ! Mais elle jure qu’elle continuera la prochaine fois, si elle doit le recroiser –sait-on jamais des fois que le destin soit un salaud sadique – à mener cet adolescent –dont elle ne connait toujours pas le nom accessoirement- vers un chemin inondé de sourires. C’est comme ça, c’est son objectif. Alors, victorieuse, comme une mini-Napoléon, elle pointa d’un index inquisiteur l’inondé et déclara cette phrase restée célèbre – ou pas.
    « Toi ! La prochaine fois que je te vois tu as intérêt à sourire ou je te tag la figure au marqueur indélébile ! Voilà ! »
Ça, c’était fait. Et en un éclair, l’expatriée avait récupéré ses affaires, son sac à dos et son panier fleuri pour aller le donner à la personne âgée. Piouf, eh ben, elle en aura eu des émotions aujourd’hui, en tout cas ! Vivement la fois prochaine !

Rp Clos.


"Ella es
Una mujer especial
Como caida de otro planeta ♥
"



petit plus! ►:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsunayoshi Sawada avatar
Boss
Adorable tyran
Messages : 3309
Date d'inscription : 28/02/2013
Talent : Une très bonne intuition

Passeport mafieux
Vitalité:
276/276  (276/276)
Armes: X-Gloves
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   Dim 6 Oct - 0:48


    La jeune fille se redressa d’un air victorieux. On aurait dit que Tsuna venait de lui annoncer la plus belle chose.
    Elle le libéra et s’apprêtait à l’emmener il ne savait où quand, miracle, elle se souvint de son panier remplis de fleur et partit le récupérer.
    Avant de partir elle lui fit une dernière menace, oh combien terrifiante :

    « Toi ! La prochaine fois que je te vois tu as intérêt à sourire ou je te tag la figure au marqueur indélébile ! Voilà ! »

    Mouais… s’il avait la malchance de la retrouver de nouveau sur son chemin… et il espérait que ce sera jamais plus le cas… mais ça il en doutait quand même fortement vu sa malchance habituelle.

    Sur ce, il s’éclipsa avant que cette inconnue légèrement siphonnée du cerveau décide de revenir à la charge.
    Par chance, ses affaires étaient resté sur le banc et personne ne le lui avait piqué.

    Il attrapa donc son sac et décida de retourner chez lui. De toute façon, le temps qu’il revienne, il serait sans doute déjà l’heure de la fin des cours.

    Comme il s’y était attendu, Reborn avait bien compris qu’il avait séché aujourd’hui.
    Ce dernier l’avait attendu dans sa chambre, en silence, et une fois que le jeune Decimo était entré, l’Arcobaleno lui demanda :

    « Ça va ? Tu es calmé maintenant ? »

    Tsuna hocha la tête et s’installa à côté de lui. Cette soirée ne serait certainement pas une partie de plaisir vu tout le retard qu’il avait engendré ces derniers jours. Sans compter que son professeur particulier risquait bien de lui faire regretter sa petite escapade.

    Et c'est comme ça que le futur parrain reprit son petit train train habituel... sauf que cette fois-ci, il lui restait un goût amère bloquer en travers de la gorge et une jeune fille étrangère occupant le trois quart de ses pensées.


The end.



Merci à Maria pour le kit ♥
Fanclub:
 

Vongola Decimo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalia-world.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Se prendre un boulet de canon en pleine face pour les nuls : Premier tome. [with Maria ♥] [ Terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une petite fête surpise !! c'est toujours mieux que d'être réveiller en pleine nuit pour son anniversaire. [D'abbord Lily puis tybalt et autres invités]
» Lycan † Informations subsidiaires et détails lunaires
» Du Droit Canon et de l'Officialité Épiscopale
» Un soir de pleine lune
» Boulet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
K. Hitman Reborn ::  :: » Around the past world :: Asie-