Partagez | 
 

 toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lussuria avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 161
Date d'inscription : 06/06/2013
Talent : Une beauté exceptionnelle

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes: Son corps splendide
Anneaux: Rang C
MessageSujet: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Lun 17 Juin - 19:40

Aujourd’hui était un jour particulier. Un jour de la plus haute importance. Un jour exceptionnellement exceptionnel.
Aujourd’hui, Lussuria avait un but, que dis-je, une mission à accomplir, et sa réussite le couvrirait de gloire pour les prochains jours-mois-années à venir. Hélas, il y aurait bien des dangers à affronter – un, surtout. Il était blond et s’appelait Alaude – avant de parvenir au bout de ses peines et il ne doutait pas que cela serait difficile et harassant. Mais Lussuria avait une foi complète dans ses capacités et se trouvait pleinement confiant en son taux de réussite. Après tout il était un Varia, la crème de la crème de l’élite, ce n’était pas pour rien hé !

L’horloge murale de l’immeuble en face de lui affichait très exactement dix heures, trois minutes et cinquante-sept secondes. A cette heure-ci, et en semaine, il n’y avait pas foule dans les rues : la plupart des gens travaillaient et les plus jeunes étaient supposés étudier. Quoiqu’avec le beau temps – un soleil magnifique, presque aussi resplendissant que le valeureux gardien –, les parcs étaient sans doute bien plus remplis que les salles de cours. Pas qu’il s’en souciât, remarquez : les espaces verts de la ville n’apparaissaient nullement dans sa ligne de mire aujourd’hui. On en était même aux antipodes.
Lussuria était tranquillement attablé à la terrasse d’un petit café, profitant pleinement de la chaleur matinale tout en sirotant un cocktail frais et sans alcool – il avait absolument besoin d’avoir l’esprit dégagé des brumes de ce dernier afin de ne faire aucune erreur de jugement dans ce qu’il s’apprêtait à accomplir.
Son rendez-vous était en retard. De quatre minutes. QUATRES. MINUTES. Vous vous rendez-compte un peu ? Enfin, Lussuria ne s’inquiétait pas trop. L’autre avait dit qu’il viendrait, alors c’est qu’il en avait sûrement l’intention. Et si tel n’était pas le cas, lui se ferait un plaisir et même un devoir d’aller le chercher par la peau du cul et lui apprendre les bonnes manières.

Bien sûr, Lussuria ne lui avait pas dévoilé le but de cette rencontre. Du moins, pas exactement : il n’avait fait que dire la vérité et la vérité seule… mais sans entrer dans les détails. Il lui avait promis un briefing sur place. En gros, tout ce qu’Alaude savait, c’est qu’il avait besoin de lui pour une mission confidentielle et qu’il était le seul à pouvoir l’aider. Pas évident, de persuader un gars comme le blond, pas évident DU TOUT, même. Mais rien n'était susceptible de détourner un Lussuria d'une idée une fois qu'il se l'était carrée bien profondément dans la tête ; il savait se montrer merveilleusement persuasif, quand il faisait de son mieux.
Ou alors tellement exaspérant qu’on n’avait d’autre choix que d’accepter si l’on voulait s’en débarrasser et enfin avoir la paix.  

Quoi qu’il en soit, Alaude avait accepté et c’était tout ce qui comptait.





« Quand on a le style, la vitesse est un détail. »


Dernière édition par Lussuria le Lun 17 Juin - 20:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaude avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 502
Date d'inscription : 12/04/2013
Talent : Piéger la vermine

Passeport mafieux
Vitalité:
260/260  (260/260)
Armes: Menottes
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Lun 17 Juin - 20:22

Alaude n’était pas du genre à quitter le manoir Vongola pour rien. Enfin, dans cette époque-ci car auparavant, il fuyait le bâtiment comme la plus pure des pestes. Ceci dit, cet espace-temps-là ne lui laissait que peu de choix de replis stratégiques. Il était exclu qu’il retourne en France, d’autant que sa résidence et son agence secrète devaient sans doute avoir été rayé de la carte depuis pas mal d’années désormais.

Toutefois, ce matin était différent. Il se rendait à un rendez-vous. Oui, vous avez parfaitement bien lu. Un rendez-vous. Mais attention,- j’entends au loin jaser vos esprits mal placés – ce n’était que pour des raisons professionnelles. Oui oui, professionnelles, parfaitement. Ce mot que la « famiglia » -bwah, quelle horreur d’user de ce terme encore – comme le C.E.D.E.F semblaient avoir occultés de leurs vocabulaires respectifs. Pour faire simple, un terme qui, s’il avait été conservé comme il aurait dû l’être dans les crédos des deux organisations précédemment citées, aurait évité qu’elles ne déclinent ensembles dans une décadence sans fond.

Il se racla la gorge. Un problème de taille se posait devant lui, il ne savait pas où il se trouvait. Ou plutôt, l’aiguillage des rues le mettait mal à l’aise. Ce n’était plus du tout comme la magnifique Paris ou la délicieuse Milan qu’il avait autrefois fréquenté. Rien à voir, d’ailleurs. L’esthétisme paraissait absent désormais de la moindre preuve architecturale et l’on pouvait difficilement faire un pas sans remarquer que les habillements actuels se révélaient être d’une carence de goût notoire. Quelle honte que les jeunes femmes s’affichent ainsi avec leurs jambes dénudées ! N’avaient-elles dont plus aucun respect pour leurs propres corps ?! Qu’elles ne s’étonnent point par la suite si un ivrogne tente de s’attirer de force leurs vertus ! Ce qu’Alaude combattait quatre siècles en arrière, il ne voyait plus vraiment comme le contrer ici-bas, alors que les victimes appelaient presque au viol elles-mêmes !

Se pinçant l’arête du nez, le français ne perdit pour autant pas espoir. Par un miracle, sans doute imputable au Divin – n’oublions pas qu’il reste très croyant en dépit de tout – il finit par retrouver la rue qu’il devait rejoindre pour le « briefing » - il avait eu un peu de mal à assimiler ce mot anglophone à une situation explicative avant une mission, pour tout dire. Reprenant sa marche, il parvint jusqu’à une place ou plusieurs cafés prenaient racines.

Puis, le malheur voulu qu’il percute une demoiselle. Une touriste, en plus de ça. Elle était apparemment perdue et cherchait une allée en particulier. Il fallut à Alaude quatre minutes pour lui faire comprendre que, premièrement, il n’était pas d’ici, et qu’ensuite, ce n’était pas son métier de guider les gens dans la rues. Lui, il arrêtait les mécréants et c’était déjà suffisamment éreintant comme cela.

Par le ciel – et non, il ne pensait certainement pas à Giotto en cet instant-ci -, le blond platine trouva en définitive l’homme l’ayant « appelé » pour la fameuse « mission d’importance capitale ». Il conserva pour lui un rictus de dégout face à l’apparence de l’acolyte dont il était question et s’approcha, avant de lui adresser la parole…


  • « Toi. Pour quel genre de mission avais-tu besoin de mes services ? »


… Avec une douceur sans pareil. Veuillez sortir ici toute l’ironie possible. Mais bon, après tout, Alaude restait Alaude. Désespérant.


"Quel Boss? Je ne suis personne."

25 ans/425 ans
Nuage
Premier Gardien Vongola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lussuria avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 161
Date d'inscription : 06/06/2013
Talent : Une beauté exceptionnelle

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes: Son corps splendide
Anneaux: Rang C
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Lun 17 Juin - 22:08

Il n’y avait rien à redire là-dessus, Alaude était décidemment une personne exquise. Cette voix onctueuse, cette politesse dans ces propos, ce charisme incroyable, ce comportement agréable dès les premiers instants de sa présence… tout pour plaire, en somme ! Il était ravi de se retrouver face à face avec Lussuria, et tout dans son attitude le démontrait de la manière la plus claire qui soit.
Or, Lussuria était toujours ravi de voir que l’on était ravi en sa compagnie, et il n’y avait rien de tel pour le mettre d’excellente humeur. Pas comme s’il ne  l’était pas déjà, remarquez. De toute manière, il était plutôt rare que l’hurluberlu soit trouvé à broyer du noir.
Après bon. C’est sûr. A force de côtoyer quotidiennement les fêlés du casque de la Varia, le jugement de Lussuria vis-à-vis de l’attitude des autres était peut-être légèrement corrompu. PEUT-ÊTRE. Rien n’était moins sûr, cependant : vous comme moi savons parfaitement qu’étant un homme d’exception, il paraîtrait fort inconcevable qu’il soit capable de commettre une telle erreur d’évaluation.

Aaah, parfait ! Merveilleux ! Tu es ENFIN là !

La voix si particulière – et surtout désagréablement aiguë – de Lussuria se fit entendre alors que son propriétaire se levait gracieusement de sa chaise et se tournait vers le nouvel arrivant, cocktail toujours à la main. Comme à son habitude, il manifestait un enthousiasme clairement visible jusque dans le moindre de ses gestes.
Ses yeux, bien à l’abri derrière les verres opaques, dévisagèrent de haut en bas le Vongola et sa sempiternelle tenue d’un goût plus que douteux. Clairement, la notion d’esthétique et lui faisaient deux. Il y avait même fort à parier qu’Alaude n’en connaissait même pas la définition. Alala, ces jeunes vieux, franchement… ils ne comprenaient rien à rien.

Tu veux boire quelque chose ? Non ? Alors allons-y, je t’expliquerai tout en chemin.

Vidant d’un traite le fond de son verre, Lussuria le reposa sur la table – il avait réglé la note à l’avance, en brave homme qu’il était – et s’avança vers Alaude… qu’il attrapa par le bras avec une familiarité excessivement déplacée et hors de propos.

Nous n’avons pas une seule seconde à perdre !

Direction → Le centre commercial le plus proche. Et plus vite que ça s’il vous plaît.





« Quand on a le style, la vitesse est un détail. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaude avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 502
Date d'inscription : 12/04/2013
Talent : Piéger la vermine

Passeport mafieux
Vitalité:
260/260  (260/260)
Armes: Menottes
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Mer 19 Juin - 14:11



Alaude aurait dû s’en douter. Un tel énergumène ne pouvait être clairement sérieux, c’était tout bonnement impossible. Rien que son style vestimentaire trahissait son manque de rigueur dans le travail ! En même temps, il savait part ses propres sources qu’il s’agissait d’un Varia et donc d’une espèce d’extension des Vongola. En clair, ça ne l’étonnait même plus, ce genre de comportement ridicule envers un tiers. A vrai dire, depuis qu’il était arrivé dans cette époque, peu de choses pouvaient se targuer de pouvoir encore le surprendre. Quelle tristesse. Ô rage, po désespoir, ô vieillesse ennemie … Comme son tendre espace-temps lui manquait cruellement. Au moins, il y avait encore une certaine morale et une étique certaine auquel seul els forcené et les suicidaires osaient déroger ! Le français aurait pu jurer que quatre cent ans en arrière, ce genre d’hurluberlus avec un goût vestimentaire plus que douteux aurait été jeté en prison pour prostitution masculine, voire pire, décapité. Et ça n’aurait pas été un mal, sans aucun doute.


Soupirant face aux gesticulations de la … chose, il ne dit pourtant mot lorsque cette dernière manifesta clairement son ravissement quant à sa venue. Tiens donc, était-ce ainsi, dans ce temps, que l’on annonçait le début d’une mission ? Etrange. En tous les cas, Alaude préférait la discrétion avant tout. A l’extrême limite, s’il avait pu faire comme s’il ne le connaissait pas, c’aurait été bien mieux, à son sens. Au moins comme ça la quasi-totalité des passants – quand bien même ils n’étaient guère nombreux !- n’auraient pas été rivés sur eux deux en cet instant.


Plus les minutes s’écoulaient et moins le blond platine se sentait à l’aise. Pour dire vrai, il était tellement perdu qu’il n’aurait pas vraiment su comment réagir si son … « homologue » -appelons un chat, un chat – lui avait directement adressé la parole. Seigneur Dieu, quelle époque de fous-furieux. On en aurait pendu par les pieds pour bien moins que ça de son temps ! Au moins l’éducation et le respect étaient prédominants et il n’y avait pas autant de gêneurs dans les rues ! De même, les seuls individus avec de pareilles coupes de cheveux étaient les bouffons du Roi. Et seulement eux.
Commençant à sentir l’énervement grimper de plus en plus en sa personne, Alaude crut frôler la tachycardie –admirez, j’utilise des mots recherchés – lorsque celui qui l’avait fait venir ici le prit par le bras pour l’entraîner plus loin. Non, mais … comment osait-il poser ses sales pattes sur lui ?!


Immédiatement, l’expatrié temporel se rebiffa et reprit son bras avant d’enfoncer ses deux mains chacune dans une des poches de son imperméables. Sentir le métal de ses menottes contre ses phalanges l’apaisait quelque peu. Et l’empêchait de céder à ses nouvelles envies de meurtres, accessoirement. Ainsi, c’est sans aucune délicatesse – pour ne pas changer- qu’il se stoppa, droit comme un piquet et demanda, de sa vocalise réfrigérante ;


  • « Pourquoi suis-je venu ici ? »


Comprendre « pourquoi m’as-tu fais déplacer ? », tout simplement. Il valait mieux pour le Varia que ce soit important sinon … Et bien il allait se passer quelque chose.


"Quel Boss? Je ne suis personne."

25 ans/425 ans
Nuage
Premier Gardien Vongola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lussuria avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 161
Date d'inscription : 06/06/2013
Talent : Une beauté exceptionnelle

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes: Son corps splendide
Anneaux: Rang C
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Jeu 20 Juin - 1:24

Affichant un air surpris, sourcils exagérément haussés par-dessus ses lunettes de soleil, Lussuria s’arrêta à son tour et se retourna vers son compagnon aussi raide et figé qu’un piquet. Il n’avait pas l’air de vouloir avancer, pire qu’un chien qu’on emmènerait chez le vétérinaire, tiens ! Ou chez le coiffeur… et cette comparaison-là était d’ailleurs un peu plus appropriée. Le Varia en vint à se demander s’il lui faudrait également revoir la coiffure d’Alaude, mais les vêtements passaient prioritaires là-dessus. Et puis sa coiffure avait beau être d’un banal à mourir, ce blond était absolument mer-vei-lleux. Il aurait été dommage d’y toucher.

Hein ? Mais… parce que je te l’ai demandé, bien évidemment. ♥

Cette question quoi, sérieusement… Si l’intéressé était censé déceler un quelconque deuxième sens à ces mots sortis tout droit d’un congélateur, ce fut un échec. Du moins feignit-il de ne pas s’en rendre compte et répondit-il tout à fait volontairement complètement à côté de la plaque – et de la réponse attendue.
Si le blond souhaitait une réponse claire, il n’avait qu’à employer une formulation précise.

Lussuria se fendit d’un grand sourire pour son vis-à-vis, se dandina un peu sur place, tout excité de la suite de leur petit rendez-vous. Oh, il imaginait déjà moult et moult choses, et ô combien Alaude serait resplendissant – enfin, pas autant que lui, son style restait à jamais inégalable – une fois qu’il en aurait terminé avec lui !
Cependant, pour une obscure raison, il doutait encore qu’avouer au Vongola de l’avoir fait venir pour un relooking en bonne et due forme soit une idée judicieuse. Celui-là semblait aussi farouche que réticent, et Lussuria craignait de le voir prendre peur et s’enfuir à l’entente de cet aveu. Tant pis ! Il userait de sa redoutable intelligence afin de parvenir à ses fins par des moyens détournés.

Alors tu viens, maintenant, ou tu comptes rester planté là éternellement ?

Il était à deux doigts du comportement d’une mère grondant gentiment un enfant récalcitrant, du ton de sa voix jusqu’à l’attitude. Ne venait-il pas de lui dire, après tout, que c’était urgent ? Et voici qu’Alaude refusait d’avancer, et que son obstination semblait d’avoir d’égale que cet éternel air grognon. Il faudrait qu’il le lui dise, sourire était bon pour la peau et rafraîchissait le teint !

Tu sais, plus vite tu viens avec moi, et plus vite ce sera terminé. Et puis je suis avec toi, alors tout ira bien. ♥ Ce n’est pas la peine de te faire du mouron.





« Quand on a le style, la vitesse est un détail. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaude avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 502
Date d'inscription : 12/04/2013
Talent : Piéger la vermine

Passeport mafieux
Vitalité:
260/260  (260/260)
Armes: Menottes
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Lun 24 Juin - 13:11



Non. Impossible. Il avait surement fait erreur et était tombé sur un très bon comédien, voilà tout. Le véritable subordonné qui avait eu besoin de lui ne devait très certainement pas être loin. Il devait juste le chercher un peu mieux voilà tout. Ceci était ce dont Alaude rêvait de se persuader. Sauf qu’il n’y arrivait guère. Dans un recoin de son esprit, il souhaitait secrètement que tout ceci ne fût qu’un mauvais rêve et qu’il aille se réveiller sans plus tarder. Malheureusement pour lui, ses espoirs avortèrent avant même d’avoir le temps de prendre un voile de concrétisation devant les yeux bleu acier du français. Il soupira lourdement, les épaules presque affaissées, avant de toiser l’individu devant lui de son plus mauvais regard.

Sérieusement, cet … . « Homme » pensait-il qu’il était si exceptionnel que le blond pouvait se déplacer en laissant de côté d’autres missions également très importantes pour ses beaux yeux ? Si tel était le cas, il se fourvoyait et point qu’un peu. Une rage sourde commençait déjà à tambouriner aux tympans du platine, tant son degré de tolérance à ce genre de plaisanteries était faible. Voire inexistant. Malgré tout, pour éviter d’effrayer la population avoisinante, mieux valait rester discret et ne pas tabasser sans autre forme de percés ce pauvre hère. Après tout, peut-être souffrait-il tout simplement d’une quelconque maladie mentale l’empêchant de bien distinguer la réalité de la fiction et le danger de ce qui ne l’était pas. Alaude avait déjà croisé des énergumènes pareils, aussi avait-il la faculté, sinon de pardonner, d’au moins se lancer dans une tentative de pédagogie et de prendre son mal en patience. Il ne tiendrait pas indéfiniment le rôle de garde-fou, mais sa curiosité, de plus en plus piquante depuis qu’il avait … ressuscité - ? – le poussait à s’interroger sur tout et rien.

Ce gigolo avait de la chance, peut-être que ses charades finiraient par intéresser suffisamment le premier Gardien du Nuage Vongola pour que ce dernier ne soit pas pris de l’irrésistible envie de lui coller un pain entre les deux yeux rapidement et sans prévention. Fort bien, le Nuage commença donc à avancer, pour terminer au mieux ce rendez-vous professionnel. Peut-être était-ce la nouvelle manière de procédé dans cette époque ? Donner les informations au copte goutte à mesure que l’on se rapproche du danger. Peut-être. En soit, ce n’était pas une si mauvaise idée que ça, surtout si l’on pouvait ainsi évaluer le degré de couardise de ses compatriotes forcés. Le français se retint de tout commentaire, mais ses agapes claires en disaient long sur le cheminement complexe de ses pensées, toutes plus loufoques les unes que les autres.
Néanmoins, il eut tout de même la sensation qu’il avait le droit de savoir où il se rendait de la sorte. Et ses mâchoires ne tardèrent pas à s’entre-ouvrir.

  • « Puis-je au moins savoir où l’on va ? »

Il fallait vraiment qu’il obtienne une réponse tangible cette fois, ou sa patience, déjà mise à rude épreuve, risquait fort de ne pas pouvoir museler plus longtemps l’envie de cogner une tierce personne à la chevelure douteuse.


"Quel Boss? Je ne suis personne."

25 ans/425 ans
Nuage
Premier Gardien Vongola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lussuria avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 161
Date d'inscription : 06/06/2013
Talent : Une beauté exceptionnelle

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes: Son corps splendide
Anneaux: Rang C
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Mar 25 Juin - 1:16

Quelque part au plus profond de son être, perdu entre d’autres réflexions existentielles du genre « de quelle couleur vais-je me vernir les ongles demain ? » et « porter un boa rose ne serait-il pas de meilleur goût que celui-ci ? », Lussuria savait obscurément qu’il lui fallait faire très attention aux paroles qu’il prononçait, et allait prononcer, en face d’Alaude. La ténacité de cet homme n’était pas à prendre à la légère, et s’il décidait de s’opposer aux décisions de son compagnon du moment, nul doute que celui-ci aurait le plus grand mal à le faire revenir dans le droit chemin… hélas.
Bon, enfin, Lussuria n’était pas bête… enfin, moins que certains… enfin disons qu’il était plus intelligent qu’on pouvait le penser en étudiant son comportement. Un peu. Suffisamment pour que la plupart de ses paroles soient loin d’être aussi irréfléchies et frivoles qu’elles le paraissaient.

Bien sûr ! De nouveau, ce grand sourire. Là-bas ! ajouta-t-il en pointant du doigt dans un geste terriblement efféminé – et on ne peut plus vague – la direction du centre commercial.

Lussuria se passa une main dans sa magnifique mèche verte, contrant un coup de vent qui l’avait rabattu à moitié sur son visage. Sans cesser de sourire ni de dévisager son vis-à-vis, il reprit, sur ce ton toujours aussi délicieux qui n’était propre qu’à lui :

Ce n’est pas bien loin. Et, avec un peu de chance, nous n’en aurons pas pour longtemps si nous sommes efficaces ! Ce dont, entre nous soit dit, je ne doute pas une seule seconde.

Impatient de passer aux choses sérieuses, le Varia fit quelques petits pas dans la direction désignée. Néanmoins, il s’arrêta brusquement, comme frappé d’une soudaine – et ô combien terrible ! – révélation. Laquelle l’amena à se retourner de nouveau vers Alaude.

Quelle idiote je fais, j’allais presque oublier ! Il va falloir que l’on change ta tenue, ou tu risques de nous faire repérer directement ! Ce serait tout de même dommage de faire capoter la mission pour quelque chose d’aussi bête, non ?

Il affichait un air sincère, comme s’il était réellement affligé d’avoir pu oublier d’aborder ce sujet plus tôt, alors qu’il était tout de même de la plus haute importance ! D’autant plus qu’il n’y avait strictement aucune raison pour qu’Alaude s’oppose à lui sur ce point, non ? Après tout, n’importe quel bon mafieux qui se respecte sait que les missions d’infiltrations requièrent parfois d’énormes sacrifices et une bonne dose d’efforts afin de bien s’intégrer.

Et, oui, Lussuria parlait souvent de lui au féminin, mais cela ne devrait étonner personne venant de la mama de la Varia, hein ? Surtout quand l’on voyait son style et ses manières.





« Quand on a le style, la vitesse est un détail. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaude avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 502
Date d'inscription : 12/04/2013
Talent : Piéger la vermine

Passeport mafieux
Vitalité:
260/260  (260/260)
Armes: Menottes
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Mar 23 Juil - 15:23

[Bonjour, j'ai presque un mois de retard. Pardon]

Est-ce que ce monde est sérieux ? Très sincèrement, cette question allait et venait sans arrêt dans la boîte crânienne d’Alaude, à mesure que les secondes s’entassaient encore et encore, inlassablement. Déjà, il avait la très nette impression que l’on se fichait de lui, ce qui, au passage, l’aurait autant énervé que peu étonné, pour dire vrai. De tout temps, il s’était longtemps considéré comme le seul élément de la « famiglia » Vongola – bwark- comme étant fiable à cent pour cent, sans jamais rien lâcher de ses convictions personnelles, et ce, qu’importait alors le contexte. C’était bien évidemment faux, mais son égo dépeignait un auto portrait de cette facture et ne semblait pas enclin à être contrarié à ce sujet.

De plus, il était vitale de se reconcentrer sur le moment présent. Et sur le problème majeur qui s’était greffé audit moment. Quel était cet singulière créature qui happait de plus en plus du précieux temps que le Nuage Premier n’avait guère à lui accorder ? Après moult hypothèses, le français se demanda s’il n’avait finalement pas affaire à une femme. Oui, c’était étrange, même pour lui de penser de la sorte. D’autant que les vraies femmes de son époque, celles qu’il avait connu et parfois même embrassées plus d’un instant revêtissaient des habits fait de parures de tissus précieux et majestueux – exception faite des japonaises qu’il avait côtoyé un petit moment avant de rentrer au pays. Rien à voir avec ce genre de … de quoi, d’ailleurs ?

C’était insensé, mais pourtant fondé. Alaude ne savait guère comment appréhender ce qui lui faisait face. Pour la première fois depuis longtemps, il se sentait démuni. Et inutilement de dire qu’il avait une sainte horreur de ça. Pour qu’il puisse conserver le peu de sang-froid qu’il lui restait, il se devait d’honorer la mission pour laquelle on l’avait fait venir jusqu’ici, en terre inconnue, et repartir dans les plus brefs délais pour aller s’isoler quelque part.

Surement dans la chambre au Castillo Vongola qui lui était réservé. Ce n’est pas comme s’il pouvait compter encore sur ses cachettes d’il y a quatre cents ans après tout. La plupart avaient très certainement été démolies par la main de l’homme moderne ; créature qu’il n’approuvait pas plus que l’hybride qui stagnait devant ses yeux froids.

Et encore … Il ne semblait pas être au bout de ses peines. Bien qu’il consentit à faire quelques pas en avant, pour réduire un peu la distance qui l’éloignait de son acolyte forcé, une phrase parvint presque, sinon à le vexé, au moins à le faire s’interroger.
    « Ma … tenue ? »
C’était la première fois depuis le début de cette rencontre qu’il se sentait un peu déstabilisé et que cela e ressentait clairement dans sa voix. En vérité, il était très étonné. Après tout, jamais personne, jusque-là, n’avait eu de reproche à faire à son style vestimentaire. Il était sobre, passe-partout, et avait toujours très bien convenu à ses diverses missions jusque-là.
Présentement, ses sourcils légèrement arqués – qui apportaient là la preuve irréfutable qu’il n’était pas paralysé du visage !- traduisaient sans mal aucun son étonnement grandissant face à cette adversité douteuse.



"Quel Boss? Je ne suis personne."

25 ans/425 ans
Nuage
Premier Gardien Vongola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lussuria avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 161
Date d'inscription : 06/06/2013
Talent : Une beauté exceptionnelle

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes: Son corps splendide
Anneaux: Rang C
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Lun 29 Juil - 17:20

[Mon dieu je ne sais pas si je vais te pardonner, hein. 8D]
Ha ha ! Le Vongola s’était trahi, le soupçon de surprise perçant dans sa voix et son attitude démontrait clairement qu’il n’était pas à 100% le glaçon pour lequel il se faisait passer au quotidien. Une information qui n’avait sûrement aucune valeur importante, mais soyez bien sûr que Lussuria ne manquerait pas de l’archiver précieusement dans les méandres tortueux de sa mémoire. Ne serait-ce que pour se rappeler de la petite victoire personnelle qu’elle représentait à ses yeux.
De toute manière, il n’y avait vraiment pas beaucoup de personnes capables de rester de marbre devant l’attitude du Varia, même parmi ses fréquentations régulières – et donc plus ou moins habituées à lui. Elles pouvaient se compter sur les doigts d’une seule main, pour vous dire.

Eh bien oui, ta tenue. Tu ne vas quand même pas me dire que personne ne t’a jamais fait de remarque à ce sujet ?

Lussuria afficha une mine consternée, les gens ne savaient décidemment plus s’habiller de nos jours. Alors faire remarquer à une personne qu’elle était passée de mode ? Pff, vous rigolez, critiquer c’est facile mais quand il s’agit de dire les choses en face, alors là il n’y a plus personne.
Enfin au fond il pouvait les comprendre, Lussuria. Après tout, Alaude était certainement un peu effrayant quand il s’y mettait, avec sa tronche patibulaire de bouffeur d’enfants. Et ses vêtements n’arrangeaient rien à son image, pour ne pas dire qu’ils en rajoutaient carrément une couche. Des couleurs, les gens ! Des. Couleurs. Il n’y a que ça de vrai, je vous assure !

Elle est horriblement vieille et démodée. Non seulement elle ne te met pas en valeur, mais elle attire les regards et te donne une allure louche aux yeux de n’importe quel passant lambda. Tu ne t’en es jamais rendu compte ? A ton époque, ça passait peut-être, mais à la mienne, tu ne peux certainement pas espérer passer incognito dans la foule accoutré de la sorte. Regarde tous ces gens autour de nous, tu ne vois donc pas qu’ils t’observent avec suspicion ? Pour une mission d’infiltration, tu pars perdant avant même de commencer.

Ce-disant, Lussuria désigna d’un geste ample la foule qui déambulait autour d’eux. Bien sûr, c’était principalement lui qui attirait les regards, mais le simple fait d’affirmer le contraire ne suffirait-il pas à en persuader Alaude ?

Allez, fais-moi confiance ♥ Il n’y a pas plus spécialiste que moi pour ce qui concerne la mode vestimentaire, alors tu ne risques rien à écouter mes conseils.  





« Quand on a le style, la vitesse est un détail. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaude avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 502
Date d'inscription : 12/04/2013
Talent : Piéger la vermine

Passeport mafieux
Vitalité:
260/260  (260/260)
Armes: Menottes
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Sam 10 Aoû - 12:17

Maintenant qu’il prenait un peu de recul par rapport à la situation, Alaude devait bien de poser une question existentielle – pour une fois dans sa vie ; Cette créature, semblant tout droit sortie d’un conte pour effrayer les enfants, n’avait-elle pas raison dans le fond ? Après tout, habituée à ce monde, cette époque, elle devait bien connaître par cœur les rites qui s’étaient installés en codes inflexibles, au moins au niveau vestimentaire, s’il en est. Essayant de ne pas trop désespéré de sa situation, le français prit soin de garder un air calme, dégagé. Son sang-froid reprenait petit à petit le dessus après cette incartade qui avait bien failli le déstabilisé tout entier.

Jaugeant d’un regard en coin la foule qui passait – et désignée, au passage, par cet individu dont l’expatrié avait de plus en plus de doute sur le sexe d’origine – il fut bien contraint d’admettre qu’effectivement, il attirait les regards, et pas qu’un peu. Même si, en réalité, il n’était pas du tout le centre de l’attention, mais ça, il l’ignorait, le pauvre. S’il l’avait su, il aurait très certainement tourné les talons aussi sec et serait reparti s’enterrer sous des rapports de missions n’ayant ni queue ni tête. Sauf que présentement, il était sous le joug d’un adversaire bien plus terrifiant encore que ceux dont il avait pu croiser le chemin durant son époque de « véritable » Vongola. Et ça aussi, il n’en savait rien. Le démon de la mode lorgnait sur ce butin de choix, d’avance affamé par ce qu’il allait pouvoir en faire, sans doute aucun.

En définitive, heureusement que notre protagoniste naviguait à l’aveugle pour l’instant. Sinon le Varia aurait vraiment eu du souci à se faire, et pas qu’un peu.

Soupirant audiblement, le Nuage se rapprocha alors de son supposé homologue, pour mieux se placer à son côté, sans briser trop de distance non plus pour ne pas qu’on fasse le rapprochement soudain entre lui et … cette chose. Une mission devait s’effectuer dans la plus grande mesure et jusqu’à ce qu’il le décide autrement, pour l’heure il ferait comme s’il ne connaissait pas l’assassin présent ici même.

Perdu qu’il était dans ces bizarreries, Alaude remarqua que certaines personnes marchait et parlait de concert, seules. Oui, on lui avait vaguement expliqué le concept d’une ineptie appelée « Oreillette », qui permettait de communiquer avec quelqu’un juste en la plaçant dans son oreille. En soit, cette technologie avant-gardiste rebutait grandement le blond, mais là encore, s’il ne se dissimulait pas dans la masse de gens, il se ferait repéré tout de suite !

Mimant donc un geste tout juste aperçu, il plaqua sa main gauche sur l’oreille du même côté et fit comme s’il engageait une conversation téléphonique, sans que personne ne puisse le soupçonner. A cela près que son interlocuteur, même s’il ne le regardait pas par souci de discrétion, était juste à deux pas de lui à peine.
    « Je t’écoute. Que suggères-tu ? »
Bon, l’amabilité n’était toujours pas là, m’enfin…


"Quel Boss? Je ne suis personne."

25 ans/425 ans
Nuage
Premier Gardien Vongola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lussuria avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 161
Date d'inscription : 06/06/2013
Talent : Une beauté exceptionnelle

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes: Son corps splendide
Anneaux: Rang C
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Ven 13 Sep - 22:27

Les yeux cachés derrière les verres fumés de l’italien s’arrondirent de surprise devant le comportement subitement étrange de son compagnon, de même que ses sourcils se haussaient de manière plutôt comique. Il l’observa un court instant sans mot dire et lorsqu’il comprit enfin ce à quoi le blond se livrait, c’est un éclat de rire subit qui s’échappa de sa gorge. Alaude semblait visiblement plein de bonne volonté pour se fondre dans la masse compacte de ces gens accros à leurs téléphones et autres petites technologies du genre, mais il poussait un peu trop fort avec ce geste qui ne rendrait dupe que les personnes ne lui prêtant déjà pas une once d’attention initialement.
Cependant, la réponse d’Alaude l’avait bien trop enchanté pour qu’il songe à y aller de son petit commentaire là-dessus. Le français semblait – enfin ! – prêt à la suivre et soyez assuré que Lussuria ne laisserait certainement pas passer cette occasion en or en déviant la conversation sur un autre sujet !

Oh il n’y a rien de compliqué ! Suis-moi, je vais te montrer. ♥

Le Varia s’ébranla avec entrain, heureux de décoller d’ici pour aller faire un peu de lèche-vitrine. Il escomptait bien qu’Alaude le suivrait de son propre chef, ayant eu le loisir de remarquer un peu plus tôt – lorsqu’il lui avait attrapé le bras – que le pousser vers l’avant avait plutôt tendance à provoquer l’effet contraire. Un peu comme un cheval rétif, en quelque sorte. A la différence près qu’un peu de picotin ne suffisait pas à amadouer celui-là.

Et le centre commercial, qui jusqu’alors ne lui avait semblé être qu’un but lointain aux portes de l’inaccessible, se profila bientôt juste sous leurs nez.

Les affaires sérieuses vont commencer à présent.

Lussuria dut – à grand peine ! – se retenir de se frotter les mains de contentement devant son partenaire, des fois que ce simple geste lui mette la puce à l’oreille. Avec un individu aussi suspicieux qu’Alaude, on ne savait jamais et le Varia, quand il avait quelque chose de bien installé dans un coin de la tête, ne lésinait pas sur quelques mesures de prudence ici et là.
Ce n’était pas pour rien qu’il le baratinait depuis tout à l’heure, hé !  Il savait pertinemment que son taux de réussite aurait avoisiné les -10000% si d’aventure il s’était pris de la lubie de dire la vérité au blond cash et lui dévoiler ainsi son ambition suprême de la journée.

Écoute-moi bien – et Lussuria affichait un air on ne peut plus concerné maintenant –, dis-toi que quoi qu’il se passe à partir de maintenant, je m’y connais mieux sur le sujet que personne d’autre. Dis-toi que ce qui t’aurais semblé impossible à ton époque l’est parfaitement à la mienne et laisse-moi choisir sans rechigner ce qu’il y a de mieux pour toi, je te promets que je ne m‘y tromperai pas. ♥

Forcément, Lussuria était autrement plus doué pour faire du lèche-vitrine que pour réussir avec brio les missions que son boss lui confiait, son flair et son entraînement dans cette discipline dépassaient largement la plus accro au shopping des demoiselles !





« Quand on a le style, la vitesse est un détail. »


Dernière édition par Lussuria le Dim 15 Sep - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaude avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 502
Date d'inscription : 12/04/2013
Talent : Piéger la vermine

Passeport mafieux
Vitalité:
260/260  (260/260)
Armes: Menottes
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Sam 14 Sep - 17:03

Il n’allait pas avoir le choix de coopérer, finalement. C’était une chose qu’il ne faisait rarement, voir jamais, du temps où il pouvait encore agir de son propre chef et sans aucune trame obligatoire à suivre. Ah, le délice d’être libre lui semblait tellement loin qu’il en eut une certaine amertume ressentit dans tout le corps. Et puis il n’avait toujours en confiance en cette chose grouillante et plein de froufrous qui s’agitait dans tout le sens sans aucune cohérence entre chacun de ses mouvements. Toutefois, à son plus grand damne, aucun autre alternative ne semblait se présenter à lui. C’était donc ça ou rien pour le bien de la mission à venir.

Le français déglutit avec grand peine, tâchant avec un succès mitigé de n’en rien laisser paraître. Puis il se rapprocha de son homologue et, réalisant qu’il ne connaissait toujours pas le nom en bon et due forme, le lui demanda très poliment.
    « Quel est ton nom ? »
Une fois qu’il aurait répondu, il représenterait également, même s’il était presque persuadé que son patronyme était déjà connu de l’autre moitié de leur duo improbable. En attendant, il se contentait de le suivre, sans demander son reste, à travers le dédale de boutiques toutes plus laides les unes que les autres – aux yeux glacés de l’expatrié, en tout cas. Les regards des passants le dérangeaient vraiment. Il se souvenait maintenant parfaitement du pourquoi du comment il ne restait jamais avec les autres membres de la « famille » ou, plus largement, avec quiconque autre que sa propre ombre. Il n’aimait décidément pas la foule. Pas du tout, même.

Eh comble de l’horreur, il commençait à avoir chaud, sous son épais veston. Il avait beau prendre sur lui, les rougeurs sur ses joues ne le laisserait pas jouer la comédie bien longtemps. Mais pourquoi la température était-elle aussi élevée en ces lieux ?! Il n’y avait pourtant aucun feu d’une quelconque sorte à proximité ! Cette époque était vraiment consternante, sinon déplaisante au possible.

Mais, alors qu’il continuait à suivre tranquillement son (sa ?) comparse, il se fit abordé sans aucune forme de politesse convenable par une femme – enfin, il supposait que s’en était une… - dont la tenue laissait clairement entrevoir son statut de fille de joie. Ah, non ? C’était une vendeuse ? Apparemment oui.
    « Bonjour Monsieur, je peux faire quelque chose pour vous aider ? »
Alaude ne répondit pas et se contenta de laisser glisser un regard vers le Varia au look très… avant-gardiste. Après tout, avec son mascara trop bleu et son rouge à lèvres trop vif, elle semblait appartenir à la même espèce que l’autre grande gigue. Décidément, le monde actuel regorgeait donc de ces créatures, que le Primo Nuvola aurait volontiers associées à la Boîte de Pandore ? Sans doute. Ceci ne laissait présager rien de bon pour la suite des évènements, en tout cas.

Mais bon, sa mission lui revint en tête et il se dit que plus vite il passerait par cette galère et plus vite il serait capable de démontrer la finesse de ses capacités sur le terrain. Un mal pour un bien, en somme.
N’est-ce pas ?


"Quel Boss? Je ne suis personne."

25 ans/425 ans
Nuage
Premier Gardien Vongola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lussuria avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 161
Date d'inscription : 06/06/2013
Talent : Une beauté exceptionnelle

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes: Son corps splendide
Anneaux: Rang C
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Dim 15 Sep - 21:59

Lussuria lança son nom d’une voix chantante à son compagnon afin de satisfaire sa requête, sans pour autant la lui retourner : dans la mesure où c’était lui qui s’était occupé de recruter Alaude pour cette """" mission """", il savait bien évidemment parfaitement qui était la personne qu’il traînait avec enthousiasme au milieu de ces boutiques bigarrées.
L’inverse aurait été plutôt insolite.
Il ne pouvait toutefois s’empêcher d’être un peu déçu que le blond ne l’ait pas calculé du premier coup d’œil. Lussuria n’était-il donc pas une figure emblématique de la Varia ? En plus, il était quasiment sûr d’avoir décliné son identité lorsqu’il avait pris contact avec lui quelque temps plus tôt.
Toutefois, une petite pensée vint lui murmurer que cette ignorance était très bien ainsi : si Alaude ne savait pas à qui il avait affaire, il lui accorderait moins que ce qu’il aurait dû de méfiance… et ce moins-là était déjà une entrave suffisamment importante pour ne pas l’exacerber avec quelques rumeurs entendues au sujet du punk.


Bonjour monsieur, je peux faire quelque chose pour vous aider ?

La voix indiscutablement féminine arrêta net la drag queen, laquelle se retourna pour jeter un regard à sa propriétaire ; rien qu’une vendeuse qui, de toute évidence, n’avait strictement aucun goût en matière d’habillage… pas comme lui par exemple ! Et elle voudrait qu’il laisse son comparse entre ses mains inexpérimentées ?
Cours toujours ma douce, ce beau blond-là il est à moi !

C’est inutile, il m’a déjà moi, voyez votre aide n’est pas nécessaire.

Et il y avait beau avoir un grand sourire derrière chacun de ses mots, ses yeux lui lançaient des éclairs bien à l’abri derrière les verres opaques. Pas touche !

La demoiselle, momentanément interdite face à l’intrusion soudaine de l’extravagant Lussuria, se borna à le contempler sans mot dire. Comme toute personne normalement constituée, elle avait le plus grand mal à concevoir qu’un bonhomme avec la dégaine d’Alaude puisse traîner avec cette… chose. Cependant, son esprit sembla finalement accéder à la lumière et c’est un regard entendu qu’elle adressa aux deux hommes, s’apprêtant ensuite à tourner les talons… un geste auquel le Varia apporta sa petite touche personnelle en la jetant presque littéralement dans les bras d’un autre client d’une simple poussée entre les omoplates.

Bien, bien. Voyons un peu ce que nous avons par ici ♥.

Entraînant son partenaire à travers les rayons, le regard expert de Lussuria ne s’attardait qu’une fois qu’il avait repéré un vêtement adéquat et qu’il fallait choisir la taille convenable. En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, ses bras se retrouvèrent chargés de chemises et t-shirts dernier cri, pour la plupart cintrés et échancrés. Vinrent s’y ajouter trois-quatre pantalons aux couleurs vives – dont un superbe slim en simili rouge pour lequel le Varia avait eu un réel coup de cœur et qu’il espérait bien pouvoir faire porter à son compagnon. A défaut, il se le prendrait pour lui, mais ne serait-ce pas mille fois plus délectable de le voir porté par le glaçon blond qui lui tenait lieu d'accompagnateur ?

Bon. Tu vas commencer par m’essayer tout ça poussin. Pour la veste et les accessoires, nous verrons plus tard mais il va de soi que tu ne pourras pas garder cette affreuse chose noire informe.

Là-dessus, il mit dans les bras d’Alaude tous les habits sélectionnés et le poussa en direction des cabines d’essayages. Trêve de bavardages, place au spectacle !





« Quand on a le style, la vitesse est un détail. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaude avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 502
Date d'inscription : 12/04/2013
Talent : Piéger la vermine

Passeport mafieux
Vitalité:
260/260  (260/260)
Armes: Menottes
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Lun 16 Sep - 0:17

S’il n’avait pas eu un tel recul face aux évènements de la vie en elle-même, Alaude aurait presque pu penser que la demoiselle l’ayant accosté et son... accompagnateur se serait pour sur écharpés s’il n’y avait pas eu un net avantage pour l’excentrique. La jeune femme mise hors course en deux coups de cuillères à pot, voici que l’étrange individu partait attraper diverses tenues sur ces rayons psychédéliques. Pendant ce temps, le blond réfléchissait intensément, le nez toujours droit devant lui bien que ses yeux ai arrêtés de suivre les mouvements incohérents de la créature gesticulante à froufrous.

Lussuria. Lussuria. Lussuria. Il était certain d’avoir entendu ce nom là quelque part, auparavant. Mais où ? Bon, il admettait ne pas avoir été très attentif au téléphone, lorsque le Varia l’avait contacté ; mais ça restait un comble tout de même ! Il faisait partie de la police ! Son esprit aiguisé devrait donc être en mesure de se remémorer chaque menu détail au moment où il en avait le plus besoin ! Comme présentement, par exemple. Et si…

Bam. Encore une fois, il fut interrompu dans ses réflexions par, justement, celui qui venait de se présenter. Comme il ne lui avait pas retourné la question, le français supposait donc qu’il n’en avait nullement ressentit le besoin. Quoi qu’il en soit, ses bras, désormais chargés d’habits en tous genres, menaçaient de s’engourdir s’il ne s’en délestait pas rapidement. Il grogna un peu lorsque le punk lui ouvrit une cabine d’essayage, n’omettant pas, bien sûr, de lui rappeler que sa tenue devrait bientôt passer aux oubliettes.

Mine de rien, c’était un peu traumatisant, pour l’inspecteur. Il n’avait jamais eu l’occasion de connaître quoi que ce soit d’autre comme style vestimentaire dans son époque à lui, alors dans celle-ci, qu’il découvrait à peine et qu’il avait de plus en plus de mal à cerner… Le résultat ne paraissait pas garanti dès le départ. Toutefois, il sut prendre suffisamment sur lui, pour le bien-être de la suite de la mission pour ne pas trop râler non plus. Après tout, il était bien vrai qu’il ne pouvait se permettre de se faire repérer à cause de vêtements trop en disharmonie avec cette … mode étrange. Et dire qu’il trouvait les goûts des nobles tout bonnement écœurants lorsqu’il se trouvait encore quatre siècles en arrière, mais là, ça dépassait l’entendement, parfois.

Ne perdant pas de temps en parlotte, il commença par ôter son épais manteau grisâtre pour le laisser reposer sur le cintre présent juste à côté. Puis vint le tour de la chemise, de la cravate, de la ceinture et du pantalon. Il espérait, désormais à moitié nu – voir un peu plus puisqu’il ne portait plus qu’un bas d’homme – que personne ne viendrait ouvrir le rideau à ce moment-là. Il sentait que c’était bien le genre de la créature frétillante le collant depuis presque une heure maintenant mais préférait penser que ce dernier avait un minimum d’instinct de survie, tout de même.
Ses mains allèrent donc cueillir un pantalon de teinte rouge –c’était discret, ça ? – paraissant très étroit d’apparence. Et ceci se confirma dès lors qu’il l’eut enfilé. Par tous les saints ! Qu’est-ce que c’était que ce…cette chose horrible ?! Il peina à refermer le bouton et à remonter ce que les gens d’aujourd’hui appelaient « Fermeture éclair ». Il était serré et mal à l’aise. Très engoncé, même. L’entièreté de son unité était collé et apparent au premier coup d’œil.

Tout ce dont il avait horreur. Et la première chemise qu’il avait choisi ne relâchait pas plus la pression puisque chacun de ses muscles saillants se devinaient sans mal sous le tissu. En soit, la couleur principale du haut ne lui posait pas de problème, car sobre. Mais… pourquoi un cinq immense cousu dans le dos ? Quel était l’intérêt d’une telle pratique ?

Mettant rapidement fin à ses tergiversations, Alaude sortit de la cabine et s’arrêta devant Lussuria, ne remarquant même pas le groupe de fille, un peu à l’écart, qui risquaient sous peu de se noyer dans leurs propres baves en le regardant de manière si indécente.
HRP:
 


"Quel Boss? Je ne suis personne."

25 ans/425 ans
Nuage
Premier Gardien Vongola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lussuria avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 161
Date d'inscription : 06/06/2013
Talent : Une beauté exceptionnelle

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes: Son corps splendide
Anneaux: Rang C
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Jeu 19 Sep - 5:46

A partir de maintenant et quoi qu’il puisse bien se passer – à l’exception, peut-être, de sa mort par éviscération des mains du premier gardien des nuages Vongola –, Lussuria considérerait désormais que sa journée avait été totalement exceptionnellement réussie.
Et puisque rien ne se perd – héhéhé ! –, il profita largement de la confusion du blond pour prendre une photo en toute discrétion afin d’immortaliser le moment, des fois que sa mémoire lui fasse défaut. … ou bien qu’il décide de partager cette vision merveilleuse avec d’autres personnes. Des fois que…

Parfait, tu es par-fait ! ♥ Ce n’est même pas la peine d’essayer le reste, cette chemise te va à ravir et le pantalon… hou là je n’en parle même pas, on ne pourrait faire mieux ! ♥ Laisse-moi te dire que tu ne fais plus du tout tes quatre cent ans !

Non ça, ça ne risquait pas en effet… Alaude avait plus l’air d’un type sortant d’un hangover qu’autre chose, avec sa tenue criarde et son air mal à l’aise. Mais ça, on n’était pas obligé de le lui dire, n’est-ce pas ?
Lussuria continua donc de profiter du spectacle en toute impunité, ne se retenant qu’à grands renforts de maîtrise sur soi-même afin de ne pas se noyer dans sa bave comme les donzelles un peu plus loin.

Bon enfin si jamais tu veux essayer autre chose je ne t’empêche pas hein !  – qui sait, des fois qu’il aurait suffi au blond de porter un slim pour se retrouver contaminé par le démon du shopping ?! – Mais je ne saurais que trop te conseiller d’écouter la voix de la raison et de jeter ton dévolu sur ce pantalon !

La voix de la raison, oui, parfaitement… ahem.  Enfin il n’y avait pas à dire, heureusement qu’Alaude était tombé sur un Lussuria suffisamment bon et sympathique pour lui apprendre les rudiments en matière de bon goût vestimentaire.

Approche un peu que je vérifie que tout est correctement ajusté. ♥

Et sabs laisser le temps au Vongola de même battre un cil, le Varia se ramena vers lui et commença à le tripoter, lissant ici un pan de chemise, époussetant là un grain de poussière imaginaire sur le col.





« Quand on a le style, la vitesse est un détail. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaude avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 502
Date d'inscription : 12/04/2013
Talent : Piéger la vermine

Passeport mafieux
Vitalité:
260/260  (260/260)
Armes: Menottes
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Jeu 19 Sep - 13:58

Finalement, peut-être que la séance de torture n’allait pas s’éterniser, fort heureusement pour Alaude. Rien que le premier essayage lui avait tapé royalement sur le sang-froid qu’il possédait encore. Même en prenant sur lui, ce n’était pas une mince affaire que de se laisser faire comme ça, pour s’adapter à des mœurs qu’il ne comprenait pas plus qu’il appréciait. C’est donc avec un air soulagé qu’il entendit Lussuria parler d’arrêter dans l’instant, puisque la première tenue lui allait, d’après les dires de l’excentrique, très bien. Le blond ne pouvait être objectif car il ne se sentait pas du tout à l’aise dans cet ensemble. Il regrettait déjà son manteau classique et passe-partout, pour dire vrai. Mais bon, il se disait qu’il n’aurait à supporter ces horreurs que le temps de la mission. Par la suite, il pourrait réintégrer ses habits habituels sans que cela ne gêne personne, n’est-ce pas ?

Une jeune femme passa dans son dos et il remarqua un regard glissant de façon odieuse sur sa chute de rein. Non mais pour qui se prenait-elle, celle-là ?!
    « Je pense que votre ami à raison Monsieur, inutile d’essayer le reste, je vais aller tout ranger en magasin ! » fit-elle, avant de commencer à tout remballer.
Bon, il ne fallait pas l’accabler plus que raison, elle ne pouvait pas savoir, dans ce contexte trompeur, que notre Nuage n’était en aucun cas – et ne serait jamais d’ailleurs- un ami de cette espèce androgyne à mi-chemin entre l’homme et la femme. Mais de façon un peu raté, tout de même. C’était une remarque réaliste que ce faisait le français et il ne cherchait pas à être méchant ou désagréable, ce n’était pas son genre. Il fallait au moins être Spade ou profiter d’une bonne dose de phrases cinglantes et franches venant de l’expatrié. Aussi, il se retint de faire partager ce commentaire à voix haute.

De toute manière, il n’en aurait pas eu le temps. Lussuria venait de s’approcher dangereusement de lui, si bien qu’Alaude pouvait maintenant sentir leurs souffles se mêler. C’était très désagréable, aussi tourna-t-il un petit peu la tête dans un sens autre, afin d’avoir l’illusion qu’il était tout à ait libre de ses mouvements.
    « …Comment ? »
Ajuster ? Il savait ce que ça voulait dire à son époque. En général, on vérifiait l’ajustement des vêtements au dernier moment, puisque c’était du sur mesure, et suivant le résultat obtenu, soit l’on refaisait entièrement une autre tenue pour que les proportions soient davantage respectées, soit on laissait tel quel et Alea Jacta Es. Le blond espérait bien que ça ne prendrait pas autant de temps que pour se refaire un ensemble correct et digne de ce nom, il ne l’aurait guère supporté.

Arquant les sourcils d’agacement de voir son espace vital ainsi violé, l’inspecteur eut suffisamment de réflexe pour reprendre ses affaire d’origines à la demoiselle tout juste sortie de la cabine qu’il sentait prête à tout envoyer aux déchets. Enfin, arquant ses yeux froids sur le Varia, il lui demanda alors, avec une intonation sans équivoque possible.
    « Bien. Et maintenant, la mission ? »
Ah ah ah. La blague venait de commencer. Ou pas.


"Quel Boss? Je ne suis personne."

25 ans/425 ans
Nuage
Premier Gardien Vongola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lussuria avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 161
Date d'inscription : 06/06/2013
Talent : Une beauté exceptionnelle

Passeport mafieux
Vitalité:
250/250  (250/250)
Armes: Son corps splendide
Anneaux: Rang C
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Lun 18 Nov - 6:00

mille et mille excuses pour ce retard. J'espère que ça t'ira en tout cas, désolééée

Hahaa. La mission. Oui bien sûr. La fameuse. Celle qui n’existait pas – ou qui venait tout juste de prendre fin, c’était selon.
Le Varia resta un instant silencieux, plus occupé à mater Alaude dans sa nouvelle tenue qu’à réfléchir à ce qu’il allait bien pouvoir dire pour éviter d’éveiller des soupçons chez le charmant blondinet.

Oui, oui ♥ Un instant poussin, il faut juste que je passe un coup de fil et je reviens tout de suite ! Tu n’as qu’à régler les achats pendant ce temps.

Aussitôt dit aussitôt fait, Lussuria s’esquiva promptement et alla s’isoler dans un coin pour ledit coup de fil. Bien sûr, il aurait tout à fait pu prendre ses jambes à son coup maintenant que son but était réalisé et qu’il en gardait des preuves soigneusement enregistrées sur son téléphone… et peut-être aurait-il mieux valu qu’il se tire sans demander son reste, d’ailleurs.
Mais ça n’aurait pas été aussi fun s’il ne se contentait que de ça, non ?
A vrai dire, il nourrissait un autre plan avec bien plus d’intérêt. Le fait était qu’il avait eu le temps d’y penser, d’u repenser, et d’y penser encore avant de finalement contacter Alaude et donc, qu’il avait grappillé le plus d’informations possibles à droite et à gauche en passant.
Autrement dit : s’il avait pu récupérer le moyen de contacter le Nuage, qu’est-ce qui aurait bien pu l’empêcher d’obtenir celui pour tout le reste de la première famille ? Et « tout le reste », c’était beaucoup demander quand il n’avait souhaité de toute manière qu’une seule personne en plus de son actuel compagnon.
Giotto.
Avouez que c’était tout de même beaucoup plus amusant  s’il n’était pas le seul à le voir dans cette tenue en chair et en os, n’est-ce pas ? Aussi le punk avait-il mis – une nouvelle fois – tous ses talents de baratineur au service de sa cause – la seule qui en valait réellement la peine.

Une troisième personne devrait nous rejoindre bientôt, claironna-t-il en revenant vers sa pauvre victime, plein d’allant. Dès qu’il sera là, on pourra enfin attaquer les choses sérieuses.

Ou pas. Enfin lui, il pourrait commencer à essayer de sauver ses miches en tout cas. En attendant, aucune inquiétude ne pourrait assombrir sa bonne humeur, surtout pas tant qu’il avait son œuvre d’art sous les yeux et qu’il pouvait la contempler à loisir. Il serait toujours temps de tirer sa révérence plus tard, mais il ne comptait pas se priver du spectacle à venir en tout cas.
Lussuria était très fier de ce qu’il venait d’accomplir. Fier comme un paon.





« Quand on a le style, la vitesse est un détail. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaude avatar
Gardien
Fidèle guerrier
Messages : 502
Date d'inscription : 12/04/2013
Talent : Piéger la vermine

Passeport mafieux
Vitalité:
260/260  (260/260)
Armes: Menottes
Anneaux: Rang S
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   Lun 16 Déc - 14:54

Bon, maintenant, il en était presque sûr, on se foutait de lui. Pour une fois, il foutait un coup de pied magistral au cul de Molière pour s’exprimer comme tous ces manants de bas-étage qui paraissaient proliférer joyeusement dans cette époque délabrée. La question était toujours en suspens. Pourquoi ? Quel intérêt pourrait-il avoir ce… cette… Bref, cet individu pour tenter le diable en venant chercher le loup qu’est Alaude directement dans son antre pour mieux le trainer en terre inconnue ? Un peu plus et l’on aurait pu voir se dessiner des veines d’énervement mal contenu sur le front du français. Bon, que faire ? Le tuer maintenant ? Non car sa mauvaise manie de nommer le Nuage par toute sorte de sobriquets commençaient, également, à courir sur le système dudit Gardien.

Alors, lorsque le belligérant s’éclipsa, le policier le suivit quelque peu, pour tenter d’espionner un peu sa conversation. Que pouvait-il bien comploter ? N’ayant rien obtenu de sa tentative d’écoute – ce qui fut très frustrant, soit dit en passant – Alaude revint à son point initial. Comment, une troisième personne pour les rejoindre ? C’était ce que l’hybride avait prétendu, du moins.
Très bien, c’était clair maintenant qu’on s’était foutu de lui. De rage, il envoya tout valser dans l’unique but d’essayer de balancer cet énergumène qui s’était payé sa tête derrière les solides barreaux d’une prison neuve. Mais là encore, rien ne fonctionna comme prévu car, sortit de la boutique en tachant de poursuivre sa proie, la blond platine tomba nez à nez avec son … Boss.

Oh Seigneur, et cette tenue… Il eut vraiment honte. C’était la pire chose qui lui était arrivé depuis fort longtemps. Il frissonna et reprit bien vite son sang-froid.
    « Tu n’as rien vu. » dit-il, en passant devant Giotto, sans un regard de plus.
Si l’italien se servait de ça pour lui faire du tort, il jouait à un jeu très dangereux, parole de français. Bon, ce n’était pas tout ça, mais il fallait qu’il repasse au manoir pour se changer. Il avait un Varia à attraper. Et ces habits « jeunes » ne lui permettaient clairement pas une filature.

Fin


"Quel Boss? Je ne suis personne."

25 ans/425 ans
Nuage
Premier Gardien Vongola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude   

Revenir en haut Aller en bas
 

toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» toi + moi + cette merveilleuse chemise rose là-bas ¬ Alaude
» Oscar et la dame Rose
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» Cette accalmie m'inquiète.
» La fête de la rose à Chaalis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
K. Hitman Reborn ::  :: » Delirium-